Scion - Forum Communautaire d'Entraide

Un forum communautaire sur le jeu de rôle Scion.
 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion
Bienvenue sur le forum de Scion-Entraide! Si vous voulez participer aux discussions et faire partie de la communauté, n'hésitez pas à vous inscrire, tout le monde est bienvenu!
Le forum à 4 ans un grand merci à tous, et continuez à participer !

Partagez | 
 

 Partie Hitama Récit de Morgane Brunehilde

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4
AuteurMessage
Armaniac
Human Jukebox/Messager Céleste
avatar

Messages : 1270
Date d'inscription : 13/02/2011
Age : 43
Localisation : Dans l'antre du Dragon d'Or (près de la capitale^^)

MessageSujet: Re: Partie Hitama Récit de Morgane Brunehilde   Ven 3 Aoû - 0:59

Partie 63

Nous venions de passer une nuit plus ou moins agiter en fonction des chambres et du degré d'excitation. Après un solide petit déjeuner l’entraînement aller débuter.
Ankoku paraissait étrange ce matin, nous avions du mal à sentir sa présence.
Dans le palais il y avait un stade. Décidément c'était un trésor ce Léviathan. Dommage qu'il ne soit qu'en location.
Ankoku nous attendait au milieu du stade, droit comme un I.
Une fois réunis, il prit la parole comme un sergent instructeur : « je ne me répéterais pas alors écoutez attentivement ! Vous allez faire exactement ce que je vous dis sans faire de commentaires. On a peu de temps, mais un gros travail à faire."
Il mit debout une sorte de chevalet avec un drap dessus et nous dit : « Un objectif, une unité !»
Il releva alors le drap laissant apparaître le visage de Ramesh. « Voilà l'objectif, si vous êtes fatigués, que vous n'y arrivez pas, que vous doutez... Regarde ça et rappelez-vous l'objectif!Maintenant enlevez vos reliques."
Ma relique était Grimhild, elle revêtait mon corps... je dus donc me mettre nue. Cela ne troubla pas Ankoku qui m'envoya une tenue pour me couvrir.
Zhou_Yang avait la tenue d'entraînement que Musashi.
Moi : "On a droit à des armes ou des objets qui ne sont pas des reliques ?"
Ankoku :"Non, rien que vous. Parfait ! Maintenant vous allez vous mettre à un atelier, ils sont réglés pour vous permettre de vous dépasser."
je ronchonnais car je me sentais nue sans mon soutien-gorge fétiche mais ce fut vite oublié.
10 minutes par atelier et on passait au suivant Tout un attirail de machinerie comme celle de la salle d’entraînement de mon frère : des altères, des cordes etc. mais avec des poids qui dépassait l'espérance mortelle.
Clair qu'il avait du les trafiquer encore car nous sentions assez rapidement la tension de l'effort.
Certains d'entre nous était capable d'endurer des effort pendant des mois sans souffler mais malgré cela on en chiait.
Ankoku sifflet encore et encore inlassablement.
Et ce qui ne m'étais pas arrivée depuis longtemps : je transpirais.
Nous étions motivés et nous nous donnions à fond.
Ankoku mit de la musique et nous encourageait sans cesse à nous dépasser.
Je pense que certains d'entre nous pensèrent même un instant qu'il voulait notre mort.
2heures d'enchaînement à fond avant qu'il ne nous lance quelques boissons réhydratantes.
Ankoku : "Allez ! Fini l’échauffement ! On passe à l’entraînement."

Ankoku se clona et dit : « Voila chacun va m'avoir comme adversaire, donnez vous à fond, je ne vous ferais pas de cadeaux."
Ils étaient tous en garde et nous demandèrent de les attaquer.
Je tentais dès la première séance de créer des attaques coordonnées avec Zhou balayant ceux qu'il attaquait mais cela sembla le perturber plus qu'autre chose. Et de toutes les façons la réplique des Ankoku furent fulgurante. Ils arrivèrent dans notre dos et nous clouèrent au sol avec un magistral coup de coude dans la moelle épinière.
Ankoku nous toisait maintenant. Je me clonais à mon tour et demandais à tout le monde de couvrir les arrières des autres. Nous étions presque tous dos à dos.
Ankoku se clona de nouveau lui même ce qui fit que nous n'étions plus en supériorité numérique.
Zhou plaçait des boucliers puis se lança à fond en devenant la Sentinelle.
Je devins le Général... enfin nous... avec les clones.
Les Ankoku restaient tranquilles mais leur position de combat avait légèrement changer plus fermée.
Zhou : nous arrangait de nous donner à fond individuellement. Personnellement j'essayai de nous construire une unité, une ligne de combat... une phalange. L'esprit de Léonidas n'était pas loin.
Hitomi arborait l'avatar du ciel et Ao se transforma en bête.
La riposte fut sans pitié. Zhou redirigea tous les dommage sur lui même.
Hitomi, la pauvre elle était au milieu des clones et se faisait violemment "punir."
Zhou la protégea d'un bouclier que les clones attaquèrent instantanément.
Je projetais le moins petit objet en ma possession qui dans mes mains devenaient des armes redoutables.
Le bouclier vol en éclat et Zhou tente de nous protéger avec des égides des sceaux.
Je criais à tous :"CONSENTREZ VOUS POUR NE FAIRE QU UN !!!!"
J'essayais de m'harmoniser au groupe mais les autres ne me suivait pas vraiment. Et d'un coup le noir se fit. Les attaques se firent sentir plus rapide et précise que jamais. Les coups pleuvaient.
Quand l'obscurité se retira, nous étions chacun dans un coin, le corps et le visage meurtri.
Le terme de rouleau compresseur m'effleura l'esprit.
Et Ankoku qui nous toisait : « C'est nul ! Allez manger ! Passez vous ça sur le visage et le corps, et reposez vous à 14h, on reprend." Puis il partit sans dire un mot.

Pendant le repas les discussions allaient bon train et nous analysions notre échec.
Moi : "Bon c'est bien beau de faire chacun son truc dans son coin mais c'est pas bon. »
Zhou : "Lyall, ton idée de ne devenir qu'un était pas mal. Mais tu veux qu'on fasse quoi? Qu'on fusionne?"
Moi : "Oui, justement ! Il faut apprendre à être chacun comme le corps d'une même entité."
Zhou : "Techniquement, je peux fusionner nos corps tous ensemble, mais je suis pas trop sûr du résultat."
Moi : "Non c'est pas dans le physique c'est dans la mentalité."
Zhou : "Il faut qu'on se dépasse hein? Un peu comme on a fait pour avoir le Léviathan, donc. Voyons voir... Une attaque groupée. Il faut qu'on arrive à se sortir de son Avatar."
Moi :"Oui mais surtout qu'on puise en même temps dans cette puissance qui n'est accessible que quand on agit ensemble... rappelle toi avec le léviathan !"
Paola, silencieuse jusque là, prit la parole : « Ouais faut pas penser à lui péter la tronche, mais qu'on voit comment le faire ensemble. On était connecté contre le poisson. Là, on a réagi comme on pouvait mais on était dépasse."
Zhou : "Lyall, je te fais confiance pour coordonner l'attaque de groupe."
Moi : "Oui, Paola, c'est ce que je voudrais que l'on recrée. »
Zhou "Laisse-moi coordonner la défense."
Moi : "Personne coordonne. On ne fait plus qu'un on est en harmonie. Se coordonner s'est pour donner l'élan à notre fusion spirituelle."
14 heure sonne. Gonflé à bloque par notre nouvel état d'esprit on s'élance vers le stade.
Zhou lançait sans cesse : "Ensemble, nous sommes indestructibles."
Nous étions combatifs et j'espère unis.
Je lançais le mouvement pour que nous nous coordonnions.
Zhou devint la Sentinelle, Moi le Général en version clonée, Ao se métamorphosa en bête néméenne.
La moitié de notre groupe s'assurait de la défense pendant que l'autre assurait l'attaque.
Zhou assurait les protections avec des égides et des protections. Hitomi bombardait les clone de tornade et d'éclair. Je changeais personnellement de place continuellement pour que notre adversaire ai du mal à situer où était qui.
Zhou essayait de séparer les clones les un des autres, en quadrillant le terrain appliquant le diviser pour mieux régner. Paola telle une chef d'orchestre déformait la roche pour la projeter ou bloquer l'ennemie. Ao sautait sur chaque proie à portée de main. Les clones étaient pour la première fois en difficulté et finir par dire élévation du niveau. Ils nous envoyèrent des rayons noirs tous en même temps. La puissance de chaque rayons est monumentale et seule la sentinelle en amoindrissait les effet. Et là sans comprendre pourquoi Zhou redirige tous les dégâts sur lui seul et meure.
J'évaluais à la puissance des coups absorbés une dizaine de bombe nucléaire de faible puissance.
J'essayais d'organiser le groupe quand je constatais l'état de Zhou. Je n'arrivais pas à croire que ce fut possible. Les clones nous encerclèrent. Au moment où il déclarèrent Zhou terminé je leur criais qu'ils avaient tord. Mais il passèrent à l'attaque.
C'est un déluge de coup, c'est à peine si on voit le visage de Ankoku derrière la pluie de main et de pied. Je continuais à solidariser le groupe mais je sentis une baisse de motivation.
Puis ils s'écartèrent après avoir frappé une nouvelle fois de leur rayon. Nous résistâmes tant bien que mal malgré la puissance du coup. J'ose dire que c'était plus violent que la première fois.
Ankoku se rassembla et nous poignarda de ses mots : "Voila un de vous est mort."
Il prit le corps de Zhou avant même que nous puissions réagir et planta sa main dans le corps. Nous vîmes le cadavre de Zhou respirer alors violemment.
Il jeta son corps réanimé au sol et nous lança : "Zhou tu n'es qu'un idiot par ta faute le groupe serait mort ! A vouloir jouer le super héros, tu aurais pu condamner les autres."
Zhou baissa la tête :"Je n'ai fait que les protéger, et voulait, justement, éviter qu'ils se fassent tous tuer."
Ankoku : "vous devriez avoir honte vous ne seraient jamais prêt ! dégagez le terrain je ne veux plus vous voir !"
Il pointait son doigt vers nos chambres … on aurait dit un père en colère et nous des enfants punis.
Je n'avais pas l’intention de me laisser faire mais c'est Zhou qui joua en premier l'enfant pas sage... que dis-je l'ado révolté...
Les bras croisés, les sourcils froncés, planté au milieu du terrain avec comme seul mot un Non qui en disait long sur sa détermination.
J'étais en train d'analyser le combat à voix haute. J'espérais que si je montrais à Ankoku qu'on avait compris ce qu'il n'allait pas il reviendrait sur sa décision. : "Hum ... certains de nous peuvent encaisser ... et mes sœurs sont prêtes à donner leur vie. Prend ça en compte Zhou"
Ankoku regardait Zhou le regard froid : « tu crois faire quoi ?"
Zhou : "Recommencer en ayant appris de mes erreurs."
Ankoku marcha vers Zhou et se planta devant lui. Zhou ne bougeait pas, fermement décidé.
Je me rangeais à côté de Zhou montrant que je le soutenais dans ses décisions.
Ankoku sourit.
Zhou :"Si on a si peu de temps que ça, autant ne pas perdre une seconde."
Moi : "On veut continuer !"
Son sourire nous rappelait celui de Ramesh à Stonehenge : "Parfait à votre guise ! "
Il ne se clona pas et se positionna un peu plus loin. Zhou se mit en position de combat. Personnellement j'évaluais mon énergie spirituelle et il ne m'en restait plus beaucoup ; pour ainsi dit presque rien.
Il sembla sur l'instant plus musclé, et plus athlétique et il nous dit : "Attaquez moi !"
Il me resta assez d'énergie pour passer en armure du colosse. Le clonage me prenait une source importante de mon énergie. Zhou avait mieux gérer et repassait en Sentinelle.
Zhou : "Ok tout le monde."
Moi : "Tout le monde s’harmonise "
Zhou :"On va lui montrer de quoi le Nexus est capable !"
Moi : "Personne n'est plus ou moins important. On n'est qu'un"
Ankoku laissa exploser sa puissance.
Zhou usa de ses pouvoir de Tayi qui permettent d'agir sur le Qi du groupe. Je me sentis plus performante. Il plaça des bouclier et des égides quand à moi je galvanisais tout le monde avec mes pouvoirs de guerre.
Je me focalisais sur la sensation que l'on avait eut en attaquant le léviathan et j'essayais de la retrouver. Je donnais aux autres la consigne : Un coup tous ensemble.
Moi : "Ça passe ou ça casse."
Nous étions tous en position Ankoku rayonnait de sa puissance maximum semblable à celle de Ramesh.
Je proposais aux autres d'être tels qu'une torpille envoyé sur sur Ankoku, moi déchirant de mes aiguilles, Ao de ses griffes, Hitomi de ses éclairs, Paola avec ses pointes de pierre hérissées autour du groupe, Zhou nous indiquant les points faibles, et protégeant le groupe ainsi que lui même.
Tous firent un mouvement de la tête pour me dire oui. Ils étaient déterminés.
Nous étions là, nos respirations se synchronisaient sans même en faire l'effort, notre position de combat était parfaite puis d'une coup l'assaut. Le temps se ralentit. Le décors semblait se mouvoir comme dans un film au ralenti. Même Ankoku nous apparut plus lent.
Nous le frappâmes et il répliquait. Il réussit à nous repousser mais nous nous réussîmes enfin l'exploit de le toucher. Il saignait quoi que peu c'était une victoire en soit mais nous étions déçu de ne pas l'avoir terrassé.
Il nous regarda et explosa de rire : "Ah bah quand même !"
Il se redressa en toussotant : « Bien allons fêter ça."
Il nous prépara un repas de fête avec apéritif, jus de fruit et un dîner digne de ce nom.
Des chocolats et autres douceurs nous attendaient également pour le dessert.
Il s'assit près de nous en se tenant les côtes et dit : « Et ben ça picote." Il se passa une sorte de crème et nous la passa pour que nous en fassions de même.
Zhou : "C'est pas toi qui vient de mourir il y a pas longtemps j'te signale ! Putain que ça fait du bien d'être vivant !"
Ankoku : "Bon on va débriefer cette journée après le dîner"
Je mangeais normalement mais je repassais sans cesse dans ma tête le combat au ralenti..
A la fin du repas il prépara une sorte de salle avec une tonne de coussin, histoire de se mettre à l'aise. C'était ça la vie de château. On pense à une chose et la magie des lieux l'exauçait.
Nous le rejoignîmes donc. Musique calme et ambiance de détente. Nous étions récompensés de nos efforts, semblait il. Je l'ai même vue quelques instants en train de danser, envahit pas le musique. Puis il reprit son sérieux. Son regard était doux et il nous proposa d'analyser nos erreurs.
Zhou :"Nous avons trop agi de notre côté, personnellement."
Ankoku hocha la tête.
Moi : "Nous n'avons pas de suite agit en puisant ce qui fait de nous des êtres aussi puissants que Ramesh
Il acquiesça puis dit : « Bien maintenant une petite énigme. Qu'est ce qui est composé de matières vivantes, qui séparés sont incapables de faire quoique ce soit, mais qui ensemble est capable de faire des choses, qui à leur échelle, est purement monumentale ?"
Zhou : "Un groupe."
Moi : « Des molécules ou des atomes... mais on peut penser aussi aux fourmis."
Ankoku : "mouais, pas mal mais à leur échelle, cela n'est rien en comparaison de ce que vous devez trouver."
Zhou : "Le corps humain, composé de micro-cellules. Mais qui, réunies toutes ensembles, à travers les plusieurs corps humains et la réflexion sont capables de presque tout."
Ankoku eut un petit sourire : "Heureusement que l'intelligence divine vient en aide..."
Zhou sourit.
Ankoku : "Là où je veux en venir c'est que pour devenir une unité quasi invincible, vous devez imiter le corps humain, trouver votre fonction, et faite confiance aux autres parties."
Zhou se tournant vers nous avec un grand sourire  :"Je réserve le système immunitaire !"
Ankoku dit : "Zhou arrête. Tu vois ta façon de faire est mauvaise. Tu te places en priorité, ton esprit scientifique devrait plutôt évaluer, et faire confiance aux autres sur l’évaluation de leur capacité. De plus tu vois trop petit et tu reste dans le cadre d'attribution divine. Moi, je verrais plutôt une tête, un cœur, des bras des jambes etc. Lyall coordonne bien. Toi tu défends et tu encaisses. Là vous avez trouve le truc pour attaquer en One shot mais contre Ramesh cette tactique devra être effectué qu'en dernier recours. Après il faut tenir le temps de l'affaiblir ou d'attendre l'ouverture "
Moi "Ao pourrait être nos attaque avec Paola et Hitomi , ainsi que nos parades"
Ao : "Moi je serais plutôt ce qui permet de gérer l'harmonie du corps. Le corps et tout les territoires qu'il compose."
Zhou : "Bref. Nous sommes Un."
Moi "Et rien n'empêche d avoir plusieurs fonction"
Ankoku : "Je vais vous donner un exemple parlant : lorsqu'un commando est en situation difficile. Il est décidé que un tel s'occupera des blessures et du moral, un tel sur comment s'échapper, un autre sur comment attaquer etc. Mais au final ils sont une unité prêt à tout. Vous devez faire un peu comme ça, déclencher vos pouvoirs de façon utile. Puis lorsque vous sentez que c'est le bon moment...déclenchez tout ce qui vous permettra de réussir et d'annihiler Ramesh."
Nous étions tous d'accord, écoutant en silence et hochant de la tête.
Ankoku « Deux conseils cependant : Le premier, prenez en compte le facteur X , c'est a dire l'inconnu, le hasard. En gros ne faites pas de plan rigide ! Le second, s'il y a des choses à vous dire dites les, car il faudra combattre l'esprit clair et léger."
Zhou : "C'est pas comme si on avait l'habitude que tout se passe comme sur des roulettes."
Zhou nous regarda suite à ce que venait de dire Ankoku et ce dernier l'invita à ne faire ni cachotterie ni à garder de sentiment refoulé et qu'il fallait trouver le moyen de se dire les choses calmement..
Puis il s'assit en tailleur tel un moine Zen, attendant que l'un d'entre nous se lance.
Zhou : "Bon. Je pense que je dois vous le dire. Il y a de ça un moment déjà, après la bataille de Stadio, j'ai contacté Ankoku en secret. Sans rien en dire à personne."
Moi :"Dans ta chambre sur ton ordinateur ?"
Zhou : "Oui."
Je souriais car nous savions déjà ce qu'il avait fait mais nous lui laissions la possibilité de nous l'avouer. Il ne me posa d'ailleurs pas la question de comment je savais de quel endroit il avait contacté Ankoku. Je l'invitais à poursuivre par un « Et ? » évocateur.
Zhou : "Sachant qu'il était un spécialiste de la psyché humaine, j'ai pensé qu'il pourrait peut-être aider Hitomi après ce qu'il s'est passé à Stadio. Rien de plus, je lui ait demandé quelques informations, et n'ai pas donné suite."
Moi : "hum... personnellement j'étais au courant... pas de soucis pour moi."
Zhou : "Ensuite, Lyall. J'ai, pendant un moment, pensé que tu n'avais pas les épaules assez solides pour faire office de véritable leader pour notre groupe et notre petite armée."
Je souriais presque surprise...
Zhou : "Après l'entraînement d'aujourd'hui, je me suis rendu compte que je m'étais trompé."
Je saluais sa phrase d'un simple hochement de tête. Puis il rajouta : "Mais montre-le un peu plus souvent !"
Moi : "Non justement notre adversaire me pense faible et c'est une bonne chose."
J'aurai aimer rajouter que trop de monde nous observait sans cesse et que cela avait été l'unique moyen pour moi de leur faire penser que je ne pouvais pas avoir les épaules assez solide.
Zhou : "Ton adversaire, certes, mais tes alliés aussi. »
Moi : "il verra mon visage au dernier moment c'est mieux ... souviens toi des paroles de Sun Tzu"
Zhou :"Ao... Tu es trop imprévisible. Parfois, tu es super zen, tu as beaucoup évolué par rapport à tout ça depuis le début. Mais quand tu t'y mets, je te trouve personnellement comparable à un gamin capricieux. Sans vouloir t'offenser."
Ankoku intervint : "Pas de reproche, sinon cela risque de ne pas être compris et de dégénérer s'il vous plaît. »
Mais Zhou poursuivit et Ao écoutait paisiblement : "Pour être plus précis, tu as des sautes d'humeurs imprévisibles. Voilà ce qui me dérange le plus."
Ankoku précisa alors sa pensée : "Zhou tu devrais plutôt dire, je ne comprends pas ta façon d'agir, et donc je n'arrive pas à anticiper."
Zhou dit alors en s'inclinant devant Ao: "C'est vrai. Excuse-moi."
Ankoku souriait. Ao devait attendre que chacun parle avant de répondre et je décidais de prendre la parole à mon tour.
Moi : « Bien. Pour ma part Zhou a abordé le point qui me concernait. A savoir ... comme le disent les créoles : deux Males Crabes ne peuvent pas vivre dans le même trou."
Zhou leva un sourcil et Ankoku riait clairement.
Moi : "C'est à dire qu'on ne peut pas être deux à diriger. Pour ce qui est de l'attaque de Ramesh, on est pas deux on est un. Il va falloir qu'on harmonise ta fougue et ma retenue, pour en faire une force, comme une vague. Le yin et le yang... le féminin et le masculin, accompagner le coup de l'adversaire ou le frapper."
Zhou :"Le Général et son Second."
Moi : "je pense qu'aujourd'hui nous avons grandit tous les deux. Il n'y a pas de second … mais le cerveau gauche et droit... un même cerveaux au final. On décidera conjointement en passant d'une méthode à l'autre pour être imprévisible justement."
Ankoku souriait avec une douceur jamais vue.
Moi : "Pour Ao, c'est pareil parfois le corps réagit plus vite que l'esprit... Il prendra des initiatives, c'est normal et on devra se servir de sa pour avancer. Hitomi et même Paola on la force de la colère il faudra s'en servir également."
Ankoku prit la parole : « En fait moi aussi j'ai quelque chose à vous dire. Au départ vous n'étiez que l'étape ultime pour moi :des sortent de pjs pour moi. Mais plus cela allait, plus j'étais attentif à vous et à votre progression, et je l'avoue après Ankhor Vat, je me suis attaché. Du coup, même si je vous ai dis que peu m'importait le gagnant, je préférerais que ce soit vous."
Nous sourîmes à cette annonce. J'espérais qu'il ne disait cela pas dans l'unique but de nous motiver et il du s'en apercevoir car il poursuivit :"Je vous ai manipulé, mais jamais pour vous faire du mal sans raison. Toujours dans l'objectif de vous mener vers le haut. Voila, je voulais que vous le sachiez."
On finissait par s'apprécier lui et nous cela était étrange. J'attendais avec impatience la réaction d'Ao.
Il prit d'ailleurs la parole à ce moment là :"Je sais que je suis imprévisible et je suis vraiment navré d'être tout le contraire de vous."
Zhou tenta de lui mettre une tape derrière la tête à la manière de Gibbs un héros de série américaine mais Ao l'esquiva.
Zhou lui dit alors : "Comme si t'avais besoin d'être navré !"
Moi "Et bien Ao, as-tu d'autres choses à nous dire" ?
Ao : "Ceci dit il faudra que vous fassiez avec. Pour ma part vous avez beaucoup changé tous les deux et je suis extrêmement fier de vous. Je n'ai rien d'autres à ajouter si ce n'est que l'on savait lorsque tu as contacté Ankoku en secret Zhou."
Ankoku : "Ao il faut s'harmoniser, que tu fasses attention, et que les autres le prennent en compte."
Paola nous regarda et prit elle aussi la parole : "Moi je suis désolée de vous avoir un peu lâché, mais je devais le faire. Je n'étais pas habituée à tant de monde si proche, et si longtemps. Mon partenaire a été tué à Stadio par Ramesh. Andros pensait, à l'époque, bien faire, mais c'était trop rapide pour moi d'être ainsi intégrée au milieu d'un groupe. De plus, j'avais l'impression de prendre une histoire ne cours, et c'était trop intellectuel pour moi, je suis une femme d'action, mais maintenant vous avez besoin de moi donc je suis venus."
Moi : "On ne t'en veut même pas une seconde..." puis je la serrai dans mes bras.
Zhou en souriant : "Sans toi, on serait peut-être pas là maintenant."
Ao acquiesça.
D'une voix étouffée et sortant de son retrait, Hitomi prit la parole : "Pour ma part, Stadio fut un choc. J'étais l'instrument conçu pour vous faire du mal. C'était une situation horrible mais j'ai fait du chemin. J'ai fait des erreurs."
Moi : "Tu es et tu seras toujours ma sœurs..."
Zhou tentait de la prendre dans les bras mais elle poursuivit : « Je n'ai pas été, à un moment donné, correct avec toi, Lyall. Mais maintenant je sens que ça va mieux"
Moi : "Tu sais, on fait tous des erreurs moi la première également..."
Hitomi : "Mais je sais une chose : tout ira mieux après la bataille contre Ramesh quoiqu'il arrive."
Ao qui faisait le pitre durant son discourt pour dédramatiser la scène lui fit un magistral poutou dans le coup.
Zhou lui dit : "Tu n'as pas à t'en vouloir, ma chérie."
Là j'aurai aimé qu'il me laisse le choix d'en décider vu qu'elle parlait d'un comportement avec moi mais bon c'était Zhou, il la protégerait en vers et contre tout.
Hitomi : "Donc je me prépare et je serais prête !"
Nous sourîmes à ça dernière déclaration car nous ne doutions pas d'elle.
Moi : "Nous seront tous prêt, comme les doigts d'une seule main !"
Ankoku : "Bien, maintenant vous savez comment faire. Demain, nous allons développer votre pouvoir et vous apprendre à le contrôler."
Ao : "Ensemble nous sommes indestructibles."
Zhou reprit en cœur : "Ensemble, nous sommes indestructibles."
Ankoku :"Allez dormir maintenant."
Moi :"Bien Cher Ami."
Nous partîmes chacun de notre côté.
Je m'inquiétais pour l’entraînement du lendemain car j'avais utiliser beaucoup de mon énergie divine et j'étais épuisée. Être ainsi couper des prières des humains ou d'une source sacré nous coupait de notre énergie divine. Elle nous était pourtant nécessaire pour utiliser nos pouvoir.
Le lendemain matin, le réveil fut difficile. J'aurai bien voulu dormir encore un peu mais Ankoku me tira des bras de Morphée.
Ao s'étirait et se mettait en forme. Zhou s'échauffait après son petit déjeuner. Je le vis même prier ses ancêtres avant de partir au stade. Quand à moi je me focalisais sur le combat à venir.
Tous nous étions là en tenue d'entraînement.
Ankoku nous invita à l'attaquer à pleine puissance en ne nous dépensant aucunement.
Je fis en sorte qu'à chaque moment nous soyons en osmose les uns avec les autres. Zhou usait de son pouvoir de partenaire idéal pour se fondre avec ses partenaires de combat. J'enticipais chaque demande, chaque geste. Ao s'harmonisait à merveille à nos mouvements. Puis Ankoku fit exploser sa toute puissance. Hitomi et Paola se joignirent à nous dans ce qui faisait penser à une sorte de danse, un balais d'un rythme presque parfait, comme un unique organiseme.
Je criais alors :"Ensemble !"
Zhou fit apparaître un bouclier et non sa Sentinelle, lui aussi n'avait plus assez d'énergie.
Mais nous ne fléchîmes pas et j'encourageais les autres à ne faire qu'un en dépit de ce manque d'énergie.
Ao avait une forme garou et je sentais de nombreuse protection recouvrir son corps.
J'organisais l'attaque et Zhou la défense comme si nous étions deux parties d'un même cerveaux. Ao était les corps et les jambes reliant chacun d'entre nous. Hitomi et Paola étaient nos bras et nous servaient de forces de frappe. Ao agissait avec instinct tout en restant solidaire de nos mouvements. Zhou organisait la défense tout en soignant une partie de nos défense. Quand à moi j'organisais l'attaque au corps à corps tout en lançant mes projectiles.
Le combat s'engagea. Enfin nous agissions comme un organisme véritable, attaquant contre attaquant, défendant chaque centimètre carré de nos personne. Ankoku nous frappait de plus en plus durement. Notre structure tremblait, nous transpirions. Le point de rupture sembler se rapprocher.
Zhou analysait les failles et je les exploitait avec les autres.
Nous faisions de notre mieux mais notre vision se troublait. Un de nos genoux toucha le sol quand, sans comprendre pourquoi à cet instant précis cela arrivait, un feu intérieur nous anima. Il fut comme un sursaut et nous poussa à attaquer sauvagement. Tout commença à ralentir. Nous pouvions plus facilement anticiper ses mouvements, les contrecarrer. Une nouvelle puissance nous envahissait, nous étions comme relié en permanence par télépathie. Nul besoin de parole, chacun faisait parfaitement parti d'un tout. Tout sembla se figer. Je pensais alors un instant à Unas et à l'une de nos question « qu'est ce que cela serait d'être plus qu'un Dieu?» J'avais alors l'impression de vivre la réponse.
Les sens plus aiguisés, plus de puissance, comme si un nouveau pouvoir nous transcendait tous.
Nos frappes déferlèrent et touchèrent avec précision et une telle puissance que je m'en étonnais moi même. Ankoku traversa plusieurs mur du Palais laissant des gerbes de sang sur son passage. L'impacte fut si violent que nous même tombions inconscients sur le sol.
C'est après une vingtaine de minute selon Grimhild que nous émergeâmes. Ankoklu n'était pas là. Personne pour nous faire la morale ou nous dire de se bouger le troufion... Puis l'inquiétude nous gagna tous. Les murs en ruine, la poussière, les traces de sang. Tout ceci n'était pas un rêve. Nous l'avions vaincu et avions atteint le stade ultime pour cela.
Je me levais péniblement et me dirigeait dans la direction qu'avait du prendre Ankoku.
Zhou aida Hitomi à se relever et demanda aux autres si tout allait bien. Je m'apprêtais à aider les autres mais ils se relevaient tous un à un. Certains d'entre nous avaient des blessures mais rien de fatal. J'appelais Ankoku en vain.
Je suivis la piste de sang et de gravas pour enfin le découvrir meurtri, ensanglanté au milieu de décombres.
Moi : "Bordel, Zhou il est encore en vie?"

Zhou prenait son air de médecin à chaque fois qu'il analysait le Qi de ses patients. J'en déduisis qu'il était en train d'analyser notre compagnon d'infortune.
Ankoku ouvrit ses yeux péniblement à ce moment précis et nous demanda de l'aider à se relever.
Moi en souriant : "T'es pas beau à voir, tu sais ? ... Quand tu prends une biture avec nous."
Il tenait faiblement sur ses jambe et nous repoussa violemment en disant : "Ne vous approchez pas !"
Il hurla de ce genre de cri inhumain qui glace les os et déchire le cœur.
Zhou nous faisait signe de s'écarter et continuait d'observer le Qi d'Ankoku.
Ankoku tomba à genou en serrant les dent : "Non, tu ne m'aura pas ! Pas encore !"
Ankoku faisait des gestes dans l''air et vomissait du sang aussi sombre que l'enfer.
Puis de la fumée sortit par ses blessures comme si on cautérisait ses plaies à vif.
Zhou regadait impuissant le phénomène.
Pour ma part j'étais dans une sorte de prière. J'essayais d'appeler des énergie d'amour et non de haine. J'appelais Jaïna doucement comme si cette pensée pouvait l'appaiser.
Ankoku serra les dents une dernière fois à s'en faire péter la machoir. Puis il écarquilla les yeux …
Zhou traça un cercle de protection autour de nous pour protéger Ankoku de Ramesh.
Ankoku se calmait déjà. Il respirait fort. Puis sa respiration se calma. Ses veines étaient saillantes et palpitaient néanmoins encore.
Ao usa de ses dons de Loa pour prendre possession d'un corps mais l'utilisa pour repousser toute tentative éventuelle d'incursion de Ramesh dans le corps d'Ankoku.
Ce dernier se calma. Zhou donna une dernière recommandation pour que je puisse renforcer le sceau de protection mais cela ne semblait plus nécessaire.
Ankoku : « Ça va aller merci. Il choisit toujours ses moments lui. »
Zhou : «Ramesh, je suppose ? »
Je faillis répondre « What Else » mais je me retins.
Ankoku : « Oui, il est plus fort que moi. Je ne devrais plus exister, et plus il devient fort, plus je m'affaiblis. Mais vous avez réussi. SVP, aidez moi à m'allonger dans un lit."
Nous l'installâmes dans une chambre et nous pûmes le voir pour la première fois aussi vulnérable qu'un oisillon. Bon j'avoue peut être pas autant mais vous auriez vu sa tête et son aura, on aurait dit qu'un rhum aurait pu l'emporter.
Puis son image fut vacillante comme parasitée. Comme s'il n'avait jamais été autre chose qu'un hologramme.
Zhou avait des paroles réconfortantes.
Ankoku :"Bien, je vais me reposer. Vous, préparez-vous ! Faites tout ce que vous pensez important, après ce sera trop tard."
Moi intriguée :"Tu vas survivre vieille branche ou tu avais prévu ça aussi ?"
Ankoku :"L'heure approche... Non pour une fois ce n'était pas prévu. Comme quoi même moi, je suis soumis à l'énergie du destin."
Il nous rassura sur son état et nous demanda d'aller nous préparer. Nous le remerciâmes et je sentais que plus qu'inquiet, nous nous étions attaché à lui. C'est peut être cela les lien du destin.
Zhou : "Je suis fier de pouvoir dire que je te considère comme mon ami."
Ao : "Merci Fengaris. »
Pour ma part je l'embrassais sur le front comme pour lui souhaiter bonne nuit.
Puis nous partîmes.
C'est alors que je ressentis comme une force inépuisable m'envahir. Non seulement mon énergie spirituelle semblait sans fond mais la force de ma volonté semblait se puiser dans l'univers lui même. Nul doute que si cette sensation persistait ce serait un atout de marque pour l'assaut contre Ramesh.
Zhou le sentit au moment où il pénétrait dans le camion.
Paola et Hitomi s'étaient esquivées un peu avant nous et semblait s'entrainer.
Zhou ne put résister à l'envie d'aller les voir. Et j'avoue que ma curiosité fut suffisamment grande pour que j'y aille aussi.
Mais Hitomi nous demanda de la laisser car elle préparait une surprise.
Je voulue préparez une surprise moi aussi en fabriquant une relique pour Junior mais je constatais vite que leurs nouvelles capacités leur permettait de réaliser eux même leur propre relique. J'avoue que sur le coup j'avais l'impression d'être déposséder de l'un de mes petits plus. Mais dans le fond cela me donna moins de boulot pour la suite.
Je décidais alors de faire quelque chose pour moi. Immortaliser l'objet qui fut l'un de mes symboles durant toute cette épopée. Mon Soutien-gorge fétiche. Je me préparai donc à l'orner des plus beaux atouts qu'ils soient et d'en faire un objet emprunt de mon Ichor afin qu'il bénéficie de ma résistance.
Hitomi nous fit une sacré peur à un moment. Elle hurla suite à un vacarme assourdissant. Mais elle nous assura que tout allait bien. Zhou faillit avoir une crise cardiaque mais tout rentra dans l'ordre. Oui ? Crise cardiaque ? Pour un dieu cela vous paraît excessif ? Certes peut être un peu mais vraiment vous ne réalisez pas à quel point notre Zhou était aux petits avec elle.
Zhou nous parla de réaliser une relique commune. Une de celle qui nous unirait devant l'adversité à venir. Je me mordais les doigts de ne pas y avoir pensé. Heureusement Zhou était là et il pourvu à cette lacune. Voilà certainement encore une raison qui faisait de notre groupe une puissance des plus intéressante aux yeux de Ankoku. On se complétait.
Zhou me demanda un petit coup de main pour la relique pour la forge. J'acceptai et Paola vint se joindre à nous. Il nous proposa de réaliser un anneau. Un chacun … plus un dernier... cela me rappelait une histoire mais je ne me souvenais plus quoi. Il voulait nous lier tous ensemble.
Cela me semblait intéressant pour la bataille mais je me demandais ce que ce lien nous apporterait.
Paola proposa un protège poignet avec un symbole d'unité dessus. L'idée me paraissait d'autant plus bonne que je me voyais mal porter une autre bague que celle de Sullivan. Je ne l'avais toujours pas revu et j'aimai garder cet unique symbole pour lui seul.
Ao lui proposa un tatouage... et il nous révéla qu'il était tatoueur à ces heures perdues... Comme quoi on croit tout savoir d'un homme et on réalise qu'il a encore beaucoup de chose à apprendre.
Pendant que nous discutions je continuais de confectionner ma relique en tressant certains de mes cheveux dans les mailles argentées.
Paola créa une bonne partie des minerais que nous avions besoins. Même les métaux précieux et quelques pierres rares voir précieuses.
Paola m'emprunta ma panoplie magique avec tous les outils nécessaire à la forge. Tout le monde travaillait de concert.
C'est là qu'au détour de la discussion j'appris l'ancien métier de Ao. Vous qui me lisez vous ne pourriez pas deviner. J'aimerai vous dire que le moment est mal choisit pour parler de cela mais je n'y tiens plus moi même. Il était illusionniste prestidigitateur.
Paola forgea les bracelets, Ao fit les Sigles.
Personnellement je me démultipliais pour pouvoir faire plusieurs choses en même temps.
J'aidai Paola, et je travaillais sur mon projet.
Tout le monde participait. Les bruits des marteaux martelant les métaux, les bruits de forge et d'outils emplissaient littéralement le palais. Puis les bracelets émergèrent.
C'est alors que Paola dit : « Mince j'en ai fait un de trop.»
Il n'y avait pas d'erreur selon moi, le destin faisait bien les choses tout simplement.
L'image du sigle était intéressante un léviathan se mordant la queue entourant le Graal. C'était du beau travail.
Rachel sachant broder nous permit de faire un intérieur confortable autant qu'esthétique.
Elle y ajouta une phrase à l'intérieur : « Ensemble nous sommes indestructibles. »
Nous passâmes les bracelets et effectivement nous étions si bien connecter que nous avions réellement l'impression de faire parti du même organisme.
Nous avions versé chacun un peu de notre Ichor, de notre sang divin pour donner du pouvoir à chaque bracelet et les connecter ensembles.
Ankoku qui semblait avoir récupéré vint vers nous : « J'espère que vous vous êtes préparés."
3 jours s'étaient écoulés et nous avions travaillé d'arrache-pied.
Quand à moi le résultat était impeccable. Mon soutien gorge renforçait mon autorité et mon charisme mais il était à l'image de l'arc d'Ulysse. Nul ne pouvait l'utiliser et ma dextérité ainsi que ma célérité en ferait sa puissance.
Tous apprécièrent le décolleté même si certains ne le montrèrent pas trop pour éviter les soucis de relations de couple.
Nous nous extasions devant nos travaux lorsqu'un tremblement de terre survint l’échelle de Richter aurait été incapable d'en définir l'intensité tant il fut puissant.
Des millions de prières nous assaillirent, des suppliques nous hantaient.
Ankoku nous somma de rester avec lui et de former un cercle. Nous nous mîmes en place en un clin d’œil. Nos visions nous montraient des catastrophes en chaîne.
Ankoku : « Ça commence ! N'essayez pas de vous focaliser là dessus ! Un objectif, une unité !"
Zhou finissant sa phrase : "En finir avec Ramesh !"
Nous nous harmonisions dans cet effort même si des larmes coulaient sur nos joues. Nous ne pouvions accourir aider nos fidèles, une mission plus importante nous appelait.
Ankoku : "Je dois vous dire, je ne pourrais pas me battre avec vous. Ce sera votre bataille. Je le savais. Je vous confie la destinée des mondes. Ceci est ma participation à votre combat. Des millénaires de préparation, et je sais que je la confie aux meilleurs."
Nous lui dîmes qu'il pouvait compter sur nous car nous étions prêts.
Ankoku : "Maintenant je vais vous dire ce qui se passe. Ramesh a utilisé la machine de Loki et des autres dieux qui devait assuré un flux constant de puissance pour déclencher un cataclysme. Une île volcanique vient d'entrer dans une éruption extraordinaire, et un pan s'est enfoncé dans l'océan atlantique. Un tsunami est partit, il va toucher la côte est de l'Amérique et la face ouest de l'Europe. Ça va être le chaos, toute l’économie va s'effondrer et des tas de gens vont mourir de suite, s'ensuivra le chaos pour la survie. Et de là, les mondes vont s'entrechoquer. Mais pour cela, il faudra à Ramesh une énergie plus puissante encore."
Il semblait ne pas finir ses phrases sans une sorte de décalage et nous comprîmes Ankoku se faisait vampiriser par Ramesh. Ce dernier voulait achever le rituel qu'il avait débuté des siècle au paravent.
Ankoku : "Jaïna va vous parler d'ici peu. Utilisez le Graal pour vous mener là-bas, votre armée suivra. Rien ne pourra m'empêcher de veiller sur vous, je serais à vos côtés, vous êtes l'unité ! Annihilez Ramesh, ! Pour moi, pour Jaïna et toutes ses victimes !"
Les secousses étaient énormes et nous promettions d'être à la hauteur. Nous fermâmes les yeux et les prières nous revinrent puis l'instant d'après Ankoku avait disparu.
J'entendis Zhou dire : "Ensemble, nous sommes indestructibles."
Puis le collier de Rachel s'illumina. Jaïna prit sa place, l'incarna. : "Le moment arrive ! Dit elle. Touchez la pierre ! Allez au devant du pont qui verra débarquer les forces de l'ombre ! Les mondes seront rapprochés de force ! Allez en cet endroit !!!"
Une raie de lumière sortit de la bouche de Rachel. Tous nous touchâmes la pierre, le Graal, en même temps et nous fûmes transporté dans un endroit chaotique. Notre armée était derrière nous.
Mais nous faisions face à l’indicible. Un pouvoir immense nous envahissait pourtant nous donnant la force de surmonter cet vision et de nous préparer au combat. Cela surpassait de loin ce que nous avions pu imaginer...
(Fin d'épisode)

_________________
____________________________________________
C'est ceux qui parlent le plus qui jouent le moins ^^...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Armaniac
Human Jukebox/Messager Céleste
avatar

Messages : 1270
Date d'inscription : 13/02/2011
Age : 43
Localisation : Dans l'antre du Dragon d'Or (près de la capitale^^)

MessageSujet: Re: Partie Hitama Récit de Morgane Brunehilde   Sam 18 Aoû - 19:01

artie 64
Session Start: Tue Jul 24 20:12:13 2012

Zhou était d'un calme absolument zen. Le même genre de calme avant la tempête. Il observait ce qui se déroulait devant nous, impassible.
Tout semblait inimaginable, même pour des yeux divins tels que les nôtres. Nous étions dans le monde supérieur et nous pouvions apercevoir l'entre-monde qui crépitait de millions d'éclairs. Au milieu, s'incrustait une lumière noire qui grossissait à chaque instant. De la terre, elle même, émergeait une lueur sinistre à partir de laquelle se déversaient des tonnes de roches construisant, ainsi, une terre artificielle ou plutôt un pont entre le monde supérieur et le titan Hundun.
Ce dernier était l'un des rares titans à ne pas avoir été enfermé et il semblait être aussi l'un des plus puissants.
De chaque côté du pont, il y avait une sorte de goulot d'étranglement, un canyon. Nous nous trouvions au fond du côté des forces divines. Le pont semblait symétrique étrangement et possédait les mêmes particularités des deux côtés comme si le destin ne voulait donner l'avantage à personne.
Le milieu ressemblait à une grande étendue de terre, d'arbres morts et d'eau saumâtre.*
Pas d'animaux, aucun son naturel, seule la vibration d'une énergie colossale retentissait, l'énergie même qui avait été nécessaire pour l'ouverture d'un tel portail.
Notre armée était derrière nous avec Sun Tzu à sa tête.
Zhou traçait maintenant des trigrammes dans les airs en faisant face à l'armée.
Aonaba se tournait vers les troupes, la scène semblait surréalistes. Il était telle une statue dos au chaos, comme un phare qui éclaire la tempête,les cheveux battants dans la tourmente.
Je réalisais alors à quel point il était devenu charismatique. A vivre au quotidien on ne se rend pas compte des changement mais quand un dieu décide de déployer toute sa puissance on aperçoit alors à quel point certaines de ses caractéristiques ont évolué. Oui il était devenu un Orateur magnifique.
Il dit : "Mes amis, mes frères, mes sœurs, l'heure est venue. Ce tableau à l'échelle divine nous rappelle la tempête qui faucha les Perses à Thermopyles ! Cette fois-ci, nul Poséidon, nul Zeus, seulement nous ! Mais avons nous besoin des dieux ! Nous sommes les élus du destin ! Nous allons annihiler cette menace, d 'elle, il ne restera que le néant, le vide absolu. D'elle, il ne restera rien !
Nous sommes plus fort que l'armée des dieux réunis, ENSEMBLE NOUS SOMMES INDESTRUCTIBLES, LA PHALANGE, LE CORPS! Et pour vos femmes et vos enfants et les enfants des enfants de nos enfants, nous allons ici montrer que cette terre que nous chérissons n'est pas un moulin, qu'il y a des êtres acharnés et teigneux qui annihileront tous dangers et menaces !
Montrons à ce Ramesh, ce que l'Armée du destin vaut ! Montrons lui que le prédateur est devenu proie ! Pour les générations à venir ! A la vie ! A la mort et à la postérité !!!!!
ENSEMBLE nous sommes INDESTRUCTILBLE !!! »
A la fin de son discourt, il criait de fougue et la foule reprenait en cœur.
Zhou leva le poing, laissant également apparaître son charisme divin. Il n'avait lui, non plu spas à rougir devant Ao. Et il dit "ENSEMBLE, NOUS SOMMES INDESTRUCTIBLES ! MONTRONS A Ramesh QUI NOUS SOMMES ! ET QUE LES LEGENDES CELEBRENT CE JOUR !!! LE JOUR OU DES HOMMES ONT TENU TETE A DES DIEUX ET ONT VAINCU !!!"
Ao usait d'un de ses talents et de sa personne rayonnait la musique qui caractérisait notre combat.
Il fit des gestes de guerre, frappant son buste à la manière des spartiates continuant d’insuffler à la foule de la verve et du courage.
Je me concentrais à mon tour développant un domaine que j'avais maintenu secret tout ce temps. J'appelais les morts à se lever et à venir se venger de Ramesh. J'appellais ainsi toutes les victimes de ce bourreau, attirant à moi des centaines voir des milliers de morts.
J'usais quand à moi d'un talent particulier qui alliait une forme de manipulation divine subtile. Mon discourt avait nons seulement pour but de modifier à mentalité de nos troupe mais aussi de manipuler les troupes adverses afin qu'elle cadre à ma stratégie. Il me fallait simplement que l'adversaire entende pour que cela soit ainsi.
Je commençais mon discourt envers nos adversaires ainsi : "Savez vous pourquoi nous allons gagné? Par ce que nous ne venons pas chez vous pour de vaine raison. Nous défendons ce que nous avons de plus cher. Rien, aucune de vos motivation ne sera plus forte que celles qui nous animent... vaincu vous êtes et resterez. Grâce à cela nous sommes Indestructible !!"
Toutes nos armées réagirent unanimement avec cris de guerre, geste d'encouragement et une liesse général absolument fantastique et ce, avec les caractéristiques propres à chaque culture.
Puis ce fut le silence mais rien ne venait, rien n'était visible, comme s'il n'y avait aucun ennemi à combattre. Zhou scrutait déjà le lointain mais sans succès.
Je présentais une technique de guerre bien connu : laisser l'énemie dans l'expétactive pour amoindrir son moral.
Je dis à mes généraux et chef de groupe ainsi qu'à mes amis : « Technique usité par SunTzu, lui même, ayant pour but de faire attendre les troupes … c'est de la guerre psychologique. Ils cherchent à faire naître le doute. » Sun Tzu hocha la tête me confirmant ma théorie. Je décidais alors de faire chanter nos troupes pour éviter le silence et garder le moral intacte.
Ulysse nous suggéra d'utiliser cette technique à notre avantage en prenant ce temps offert pour faire du repérage et placer ainsi nos troupes aux points stratégiques. Je m'en voulais de ne pas y avoir pensé en première mais c'était ainsi.
Nous étions tous d'accord, Ramesh pourrait peut être avoir l'avantage psychologique mais nous aurions tous les avantages du terrain. De plus cela permettrait à nos troupes de ne pas rester inactives. Hattori et le Che fut envoyer par Ao pour repérer le terrain.
Léonidas nous dit alors : "C'est vrai que cela me rappelle les Thermopyles. Si je dois défendre ici, il ne passeront pas sur mes ancêtres !"
Zhou organisa la mise en place de sceaux de protections sur plusieurs lignes pour casser une éventuelle charge de l'ennemie.
Ao tapa sur une des épaules de Léonidas et lui dit : "Je sais mon ami, c'est pour ça que je te confierais ma vie ici même. Si on est mené là, alors nous seront la digue qui contiendra et repoussera le Chaos."
Il était évidant qu'il proposait à Léonidas de se joindre à lui pour défendre le goulot d'étranglement près du pont.
Zhou s'empressa alors de protéger le canyon comme il se devait.
Je proposais, quant à moi, d'aller déposer des mines sur le terrain afin de briser la première offensive. Avec le concours de Zhou nous décidâmes de placer des mines en avant et après ces sceaux de protections afin de créer une forme de double piège.
Le Ché exécuta les plans à la lettre avec une parfaite maîtrise de ce genre de guérilla.
Je plaçais également nos troupes de snipers sur les hauteurs. Je demandais à Paola de créer des monticules de terre pour modifier le paysage. Elle surpassa mes attente en créant des remparts donc la structure paraissait indestructible. Je me doutais qu'un autre avatar en viendrait à bout mais il est clair que son travail était impeccable.
Elle créa même, à ma demande, une citadelle blanche. Toute nos armées se mirent en mouvement soit pour se positionner soit pour aider à la mise en place des défenses.
Simo resta invisible tout le temps mais nul doute qu'il enquêtait sur les mouvements de l'ennemi.
D'autres anticipaient nos volontés et chacun apporta sa touche à l'édifice. Décrire le résultat était impossible mais c'était surprenant, créatif, semblait sans faille, frisant avec la perfection.
Marie chargea les éclaireurs de mettre des petits objets sur le champ de bataille. Il semblerait qu'elle réservait à l'ennemi de bonnes surprises mais je ne voulus lui demander par avance quoi. Nous lui faisions tous confiance.
Sun Tzu s'occupa de faire en sorte que toutes les troupes soient occupées en suivant sa propre doctrine.
Je préparais quand à moi une énorme quantité de rocher pour les utiliser comme projectiles. Avec le recule je les trouvais monstrueusement gros. Mais face à des engeances de titan il nous faudrait vraiment le poids d'une maison pour avoir une chance d'en ralentir un.
Chaque chef venait nous rendre compte de la situation. Les éclaireurs étaient tous prêts, le réseau de surveillance de Marie était opérationnelle et personne ne semblait pouvoir passer sans que nous soyons au courant.
Certains assuraient la défense d'autres attendaient les ordres pour les contre-attaques.
Tous étaient paré à donner l'assaut dès que les ordres seraient donnés mais rien ne se passait du côté de l'ennemi. Nous comprenions pleinement désormais la prophétie de Jaïna : il nous fallait trouver les meilleurs héros et nous savions pourquoi. Pas un seul semblait nerveux, ils avaient hâtes de voir l'ennemi, aucun geste ne trahissait la peur ou l'appréhension. Chacun de nos héros transmettaient leur maîtrise à leur troupe et tous semblaient attendre dans les meilleures conditions.
L'attente aurait pu être effroyable … elle fut juste longue, interminable.
Je chantais pour assurer à nos troupes un meilleur moral.
L'atmosphère était pesante et en réponse à mon chant un rayon noir nous arriva en plein dessus. Zhou arbora la forme de la Sentinelle et le bloqua. Nous analysâmes le tire, je calculais l'origine du tire me préparant à riposter avec un rocher. J'usais de pouvoir permettant non seulement d'envoyer des projectiles à une distance extravagante, à portée de la lune dirons nous mais permettant également d'obtenir des dégâts monstrueux. Pendant ce temps nos consciences terminaient leurs analyses : nous avions l'impression de revoir le tire de Ankoku mais l'impact était phénoménal. Quelque chose différait cependant c'était l'énergie de Ramesh... Zhou nous affirma qu'il avait vu notre ennemis, qu'il était présent. Son pouvoir de vision absolu lui permettait d'en être certain.
Puis ce fut un festival de hurlement primaire, une horde, un tsunami d'engeances se déverse devant nos yeux. Mais si Zhou semble percevoir la présence de Ramesh, il ne se montre pas.
L'armée ennemie se lance dans la plaine et de nombreuses explosions retentirent au même moment. Mais les vagues semblent ne jamais se tarirent. Je lançais l'ordre de tirer à nos troupes. Un tir de barrage énorme fut alors propulsé dans le ciel s'abattant sur les troupes ennemies.
Zhou donna l'ordre aux tireurs d’Élite de tirer sur certaines fioles disséminées sur le champ de bataille. Ao lui tirait avec une de ses reliques du nom d'Harmonie. Elle était transformée en une sorte de mitrailleuse lourde et tirait des projectiles solaires sur tout le champs de bataille.
Les premières lignes tombaient sous les tirs de nos troupes d'Ao et des miennes quand aux fioles, elles explosèrent en déversait d'ignobles maladies qui affectèrent une grosse quantité d'engeances sous le regard sadique de Zhou.
Le résultat est aussi sordide que l'on peut imaginer, et fairait passer le virus d'Ebola pour un rhume.
Il leur semblait impossible de passer à travers nos tirs et c'était une vraie boucherie.
Je lançais des Rumeurs par l'un de mes dons afin de leur affirmer que Ramesh ce servait d'eux et qu'il trahissait leur confiance. Puis j'usais de mon attribut Ultime de la Manipulation pour diviser nos adversaires les poussant à se battre les uns contre les autres.
Le sourire de Zhou était désormais démoniaque, quand au regard de Ao il avait plus l'air de celui d'un prédateur que d'un être humain.
Certaines engeances reculaient, d'autres les tuaient sans ménagement. Les abominations de Ramesh étaient à l'oeuvre et je constatais en même temps que Zhou nous le confirmait oralement : Ramesh tenait ses créatures par la peur. Et son pouvoir était quasiment absolue dans ce domaine.
Puis nous entendîmes des tirs qui rappellait ceux d'un canon... Simo Hya tirait avec son fusil... enfin certainement sa relique qui propulsait des projectiles qui ressemblaient plus à des obus qu'à autre choses.
Zhou me demanda quand je pensais lancer l'assaut mais je me refusais de faire une sortie tant que nos défenses tenaient et que nos ennemis se fracassaient dessus. Je lui répondis d'attendre encore.
Marie vint à ce moment pour nous annoncer que sur certaines lignes les engeances progressaient. Zhou décrivait déjà des trigrammes dans ces directions. Je constatais que Ramesh se foutait éperdument des pertes et préférait sacrifier ses troupes que de les voir reculer. Cela me rappela la bataille de Stalingrad où les Russes partaient à l'assaut avec une mitrailleuse dans le dos. Il était impossible à leur troupe de battre en retraite sinon elle mourait de la main propre de leur commandant.
Ao se tourna vers Léonidas et lui dit : "Ici aussi mon ami nous nous battrons à l'ombre ."
En le regardant il lui répondit : "Préparons nous."
Moi : "Bien que les troupes de résistance se mettent en place pour accueillir les débordement, on est dans un goulet d'étranglement on tient !"
La phalange spartiate se mit en place et Léonidas lance : "Aujourd'hui pas un membre de l'armée du destin ne meurent, c'est un ordre !!!"
Je lançais un cri de guerre, leur octroyant courage et force pour le combat. Je n'étais pas la seule à pouvoir le faire et l'écho de ce pouvoir s'entendit à travers nos troupes.
J'observais avec curiosité Sun Tzu faire des aller-retours étranges.
Ao s'adressant à sa meute : "Allez mes chéries il va être l'heure d'aller prendre son dîner."
Zhou interrogea Sun Tzu sur son attitude et ce dernier nous prouva que rien de particulier ne le contrariait, au contraire, il avait déjà réorganiser l'armée derrière les spartiates et que tout était prêt.
Ao nous montra sa meute … junior et son harem... ils avaient fier allure.
Je relevais désormais les morts du champs de bataille ennemis et je les lançais contre leurs propres troupes.
Les morts et les fantômes étaient prêts pour la charge et Sun Tzu nous affirma qui attendait nos ordres. Je lançais les fantômes en premier pour qu'ils prennent possession des adversaires et désorganise leurs lignes. Dès que ce fut fait je lançais l'ordre de la charge.
Léonidas laissa la place à notre armée régulière et les deux vagues se rencontrèrent dans un choc incroyable. Un nouveau carnage, Ao et ses protégés néméens dévoraient tout sur leur passage. Cette bataille dépassait l'entendement. Et notre supériorité se fit sentir nettement sur la première partie de cette bataille. Les engeances des premières lignes se firent anéantir en un rien de temps.4
Je me posais des questions de plus en plus fortement. Cela semblait trop facile voir cela ressemblait trop à un massacre organisé. Ramesh ne cherchait pas à gagner mais à faire le plus de mort possible, même si cela était de son propre côté.
Je dis aux autres :"Ramesh sacrifie son Armée c'est qu'il a un plan en tête … Méfiance le contre coup va être puissant."
La bataille dura encore 24 interminables heures sans que l'armée qui nous faisait face ne capitule et ce, malgré, les défaites cuisantes que nous lui occasionnions.
Je prévenais aussi Sun Tzu de mes découvertes et il me répondit qu'aucune option ne s'offrait à nous en l'état, mais qu'il allait étudier ça en parallèle."
Zhou s'occupait des défense mais aussi d'un poste capital : celui de rétablir les blessés et d'éviter les morts. Cela semblait pouvoir durer encore des jours et des jours mais d'un coup un cor retentit dans le camp adverse.
Ils battaient en retraite et se mettait à fortifier leur propre canyon.
Ao ordonna de reformer les phalange. Je rassemblais les morts afin qu'ils ne puissent être absorbés par Ramesh et ainsi le rendre plus puissant.
Notre armée revenait victorieuse de cette bataille.
Zhou soignait à tour de bras. Je demandais à nos troupes de prendre position mais dans un ordre différent pour ne pas facilité la lecture de nos stratégies.
Ao usait de son charisme pour redonner du moral aux troupes. Mais notre victoire étant acquise cela n'était presque pas la peine.
Nos soldats entamaient des chants de victoire et nous convoquions un conseil de guerre avec tous les chefs d'état major.
Je lançais cependant à nos troupes : "Savourez cette bataille mais la guerre n'est pas finie restez vigilant."
Dhandavari rejoignit Zhou et le remplaça pour lui permettre d'assister à notre conseil de guerre.
Très vite une file de blessé se constitua et notre hôpital de campagne fit son office.
Je fus ravie de constater que nous n'avions subit aucune perte même si les blessés étaient nombreux.
Nos analyses diverses durant le conseil aboutirent à une conclusion : Ramesh n'avait envoyé aucune engeance ultra-puissante. Zhou en concluait que c'était pour nous affaiblir. En mon fort intérieur je pensais que c'était pour nous tester voir pour faire du massacre...
Mais Sun Tzu intervint, le regard sombre : « Pour nous tester !»
Ao :"Oui, il veut que l'on dévoile nos atouts, comme au poker, il nous envoie un leurre pour voir ce que l'on a dans notre main."
Je finis par dire : "Je pense aussi que Ramesh se sert de l'énergie de la bataille donc il s'en fout de sacrifier des troupes... dont une bonne partie vient de Hundun je présume."
Sun Tzu reprend : "Mais nous avons un atout" et il nous désigna nous. "Ankoku m'a expliqué, votre formation spéciale. Gardez la lorsque vous combattrez Ramesh."
Zhou :"C'est ce que nous avions prévu."
Sun Tzu "Pas avant, il faut au moins garder ça. Non, je n'ai pas été clair : pas avant de voir qu'il est prêt à vous annihiler véritablement. Il va tenter de vous faire sortir votre atout avant."
Ao : "je vois, nous devons l'utiliser au tout dernier moment."
Zhou : "Ankoku nous avait prévenu en ce sens. N'utiliser ceci qu'en dernier recours."
Puis Marie se leva d'un bond : "Ennemis en approche !"
Nombre de guetteur nous envoyaient des signaux d'alerte. Simo regardait par sa lunette et se questionnait sur ce qu'il voyait à voix haute. Le voir dans une telle expectative était assez déroutant. Il donnait l'impression de n'avoir jamais vu cela au paravent.
Les créatures étaient comme des chimères mais issues des pires cauchemars. 10 pattes, noir comme la nuit, des yeux de mouche mais avec une forme d’araignée. Elles étaient rapides et progressaient dans notre direction. Zhou observait la chose et nous annonça avec stupeur : « Une chimère. Jamais décrite auparavant, et... Oh bon sang. Elles ont les mêmes parasites que dans la Zone 51 ! Les parasites donnaient leurs capacités aux armes !"
Elles avançaient droit sur nous et les guetteurs nous envoyaient signaux d'alerte sur signaux d'alerte.
Moi "Tir de barrage on voit comment ça réagit !"
Zhou préparait des défense spécifique contre ces créatures.
Notre tir fut comme un déluge de feu mais le résultat ne fut absolument pas comme nous l'espérions. Elle explosèrent en milliers de copies plus petites.
Ces dernières ne décélérèrent pas d'un pouce bien au contraire.
Paola usa de sa maîtrise de la terre pour les prendre au piège dans des vagues de terre et de les ensevelir d'un coup. Les chimères grimpaient aussi vite que possible sur les parois de terre et Paola fut obliger de refermer celle-ci pour tenter d'écraser les bestioles.
Mais ce fut encore pire, une véritable série d'explosion nucléaire. Zhou leva des bouclier de protection pour nos troupes
Nos tireurs embusqués sur les hauteurs furent atteint en premier et nous dûmes faire reculer nos troupes jusqu'à notre canyon.
J'envoyais mes clones aider sur le terrain nos troupes mais des légions de chimères attaquèrent en surnombre.
Une fois la moité du champ de bataille libéré de nos troupe, les chimères s'avancèrent vers notre canyon.
Il fallait que je face quelque chose et vite. Il fallait couper la tête principal de cet assaut et il n'y avait qu'une solution... je pris l’apparence du Général, l'avatar de la guerre. Je mesurais certainement une vingtaine de mètres de haut et rayonnait de puissance, je lançais alors aux chimères : « Je vous défie !!! »
Et oui il fallait que je détourne le feu destructeur de ces créatures de nos troupes et je savais que j'allais les attirer sur moi.
Les chimères se stoppèrent ainsi que toutes les armées présentes. Toute me regardait attendant l'arrivée du chef de l'armée adverse.
Une abomination sortie alors de leur rang, un mélange de technologie et d’engeance difforme le tout agrémenter d'une noirceur immonde.
Je sortis mon soutien gorge désormais légendaire... et nous avancions l'un vers l'autre.
Je ne lui laissa pas le temps de se mettre en place. J'armais les cailloux dans le soutien-gorge et je me mis à courir à toute vitesse. Mes dons de dextérité épique et de psychopompe accumuler j’atteignais une vitesse vertigineuse que je souhaitais donner à mes projectiles.
La créature pointa son bras et de celui-ci dépassait une Gatling gigantesque. Ses projectiles explosait derrière moi mais tentaient de se rapprocher.
Chaque projectiles faisait plusieurs mètres... le tir était lent mas le pouvoir de destruction de chaque projectiles était l'équivalent de plusieurs millier de balle à la minute. Son deuxième bras lui crachait des gerbes de feu.
Ma vitesse devait atteindre Mag 7 désormais et je fis un tir de plusieurs projectiles masquant le tir principal que je visais dans le canon. Avec le don de tir Guidé, j'infléchissais la trajectoire des projectiles et leur donnais l'angle parfait pour pénétrer dans le canon.
La gatling explosa mais elle riposta immédiatement en m'envoyant des missiles guidés. Ils venaient de décoller du dos de la créature... si j'avais su cela je les aurais fait exploser sur elle mais décidément elle me réservait encore des surprises.
Je décidais d'user des armes de la créature contre elle même et je dès qu'un missile s'approchait un peu trop prêt de moi je me glissais entre les jambes de la créature faisant un crochet au dernier moment. Au dernier moment je notais que les missile était doté du pouvoir anti-relique... il fallait donc que je m'en débarasse au plus vite. Un des missiles explosa sur sa jambe droite mais cela ne lui causa aucun dommage. Je décidais alors de passer sous le bras de la créature pour que le prochain missile atteigne son arme. Mais la créature n'arrivant pas à me toucher elle changea de tactique et leva la tête en frappant vers son cœur.
J'analysais ce qui allait de passer que je compris qu'elle allait simplement s'autodétruire en essayant de me piéger avec elle.
Je me propulsais à une vitesse vertigineuse essayant d'échapper au souffle.
Les boucliers de Zhou cédèrent et nos hommes touchés. Mais ce n'est rien en comparaison de nos ennemis qui furent balayés pour certains.
Je fus projeté par le souffle. A la place de la créature, un magnifique cratère se tenait là comme si un météorite venait de frapper le centre de la plaine.
J'eus le temps de voir les chimères bouillir et finir en une série d'explosion avant de sombrer dans l'inconscience.
Je ne ressemblais plus à rien hormis un corps écorché vif. Zhou et Dhandavari se joignirent pour me secourir. Ce dernier usa de son avatar pour me donner la chance nécessaire de ne pas quitter ce monde précipitamment.
Je retrouvais ma mémoire et mes esprits et fut rassurée d'apprendre que j'avais vaincu mon ennemis et les chimères. Tous me félicitèrent et nos troupes me lançaient des vivas. Pour ma part j'avais trouver que mon impulsivité avait faillit me coûter la vie … je n'avais pas tout analyser avant d'agir j'avais agit comme Ao en lionne protégeant sa portée... je ne le remerciais jamais assez pour m'avoir permit d'agir ainsi. Nous avions sauvé la majeur partie de notre armée grâce à cette « tactique » improvisée.
Je me relevais péniblement et je voulais user de mes pouvoir de la faucheuse pour ramener certains de nos morts à la vie mais un événement troubla ce moment.
Un tremblement de terre immense, plus fort encore que le cri d'un léviathan retentit. Il laissa apparaître sur notre droite l'ensemble de l'Opu... ils nous avaient rejoint.
A notre gauche ce fut l'ensemble du monde inférieur qui apparu...
Sous nous nous vîmes le monde des mortels...
Un gigantesque fracas nous projeta tous à terre.
C'est alors que nous vîmes l'armée des Dieux nous rejoindre... tous les panthéons étaient là.
Les chefs des panthéons nous saluaient et nous leur répondions respectueusement mais avec dans nos regards ce je ne sais quoi qui caractérise ceux qui avait raison face à ceux qui avaient tord.
Je remarquais que malgré leur colère ils étaient content que nous ayons tenu. Comment décrire la situation ? Le choc des mondes et le fait que nous nous soyons posté dans cette position centrale avait permis aux mondes supérieurs de ne pas être submergés par l'ennemi. Je dirais même plus que nous formions la tête de pont idéal pour un assaut commun.
Nous permettions l'unification des panthéons dans cette effort de guerre.
Certains Dieux nous remercièrent d'un geste ou d'un regard voir mais d'autres semblaient avoir les mots bloqués dans la gorge.
Une armée gigantesque était donc là réunis sous nous yeux. Des Dieux, des Scions et les êtres les plus légendaire de la création formait la plus grande armée qui n'ait jamais foulé l'un des mondes.
Jamais de mémoire de dieux on avait vu cela. Zeus tonnait qui voulait trouver le bâtard qu'il avait enfanté. Je compris à cet instant que ce qui masquait le destin de Ramesh et son complot venait de céder. Tous les Dieux prenaient maintenant la mesure de ce qui s'était déroulé jusqu'à maintenant.
Sergeï vint immédiatement nous voir et nous dit : "je suis désole de ne pas avoir cru en vous suffisammen. Au fond, je ne suis pas si différent des autres."
Ao rappela à tout le monde que Ramesh s'était joué de tout le monde et que nous devrions tous garder notre énergie pour le combattre.
Zhou souriait à Sergueï : « Nous avions carte blanche. »
Sergueï : "Sans l'armée que vous avez réunie, jamais nous n'aurions eu l'occasion de nous défendre."
Ao : "Tu ne pouvais pas savoir père. Vous étiez encerclés. Et cela a été éprouvant pour nous aussi."
Moi : "Sergueï, on fait tous nos erreurs ... pour le moment on est surtout hyper content de vous voir tous à nos côtés"
Sun Tzu nous ramena brutalement sur terre en nous disant : "Si les autres dieux sont là, alors ce pourrait il que pour les titans..." Il n'eut pas le temps de finir sa phrase que toutes les engeances, quelque soit l'origine du Titan apparurent...
Je lâchais machinalement un « Oh merde ! » devant l'ampleur de la tâche qui se présentait à nous.
Ao rajouta : "Ha ben voilà, là on va avoir du sport !!!!!"
Et là tous les Dieux selon leur affinités se mirent à l'ouvrage. Zhou renforçait les défenses et je commençais à étudier un plan d'attaque. Mais comme un malheur n'arrive jamais seul, une chose improbable se déroula : Les Titans eux même marchaient au milieu de leurs troupes. Je ne sais si vous le saviez mais normalement un Titan est une force brute de la nature l'eau, le feu, la terre etc... Jamais ils ne pouvaient faire corps donc ils avaient des émissaires que l'on appelait des avatars, des sortes d'incarnation en plus faible des Titans. Mais là ils étaient là en entier dans toute leur puissance, monstrueusement grands. Chacun avait revêtis sa forme et laissait l'ensemble des Dieux abasourdis. Chacun cria dans son propre langage avec des tournures plus ou moins fleuries : « Mais qu'est ce que c'est que ce bordel ! »
Zhou : "Ok. Là, on est dans la merde."
Ao se contenta de créer à nouveau le plus en plus de créatures de toutes les tailles, des chimères mutantes...
Zhou : "Ramesh..."
Aonaba souriait, le grand combat allait commencer...
Zhou aidait à harmoniser les défenses en donnant tout ce qu'il a, et prépare de nouvelles maladies, plus abjectes que les précédentes.
Mon analyse de la situation me révéla comme une vérité éclatante que l'expression infériorité numérique était presque un euphémisme à ce moment précis de l'histoire.
Léonidas vient près de nous et nous dit en nous donnant un coup de coude :"Bah ce Ramesh ne fait pas dans l'originalité, j'ai déjà vu ça." Puis il nous sourit.
Nous lui renvoyâmes son sourire... et sans même nous en rendre compte notre armée était en première ligne.
Ao harangua nos troupes :"Ceci est la bataille du destin , et nous en sommes les soldats ! Renversons Ramesh Awooooouuuu!"
Léonidas souriait à son tour et nos armées ne firent qu'une, telles un organisme... Nous étions en ordre de bataille alors que les armées divines peinaient à trouver leur marque les unes par rapport aux autres.
Moi : "Tout le monde à son poste de combat !" Je me demande pourquoi je dis cela … vu que tous l'étaient déjà … juste pour joindre le mot à l'acte pour symboliser l'instant de l'attaque... mais peut être aussi avec l'espoir de permettre aux panthéons de nous rejoindre dans notre combat.
Ao : "Pour la prospérité ! Montrez leur ce que que vous avez au fonds de vos tripes ! Et vous ! Bande de dieux ramollos ! C'est à cause de ça que Ramesh vous mène par les couilles, montrez lui qu'on ne piétinent pas impunément un dieu !"
Ao usait facilement d'un pouvoir très intéressant qui permettait de dire ses quatre vérités à une personne ou même de faire un acte grotesque et de paraître à ses yeux le gars le plus cool de la planète. Il venait sûrement de le lancer car aucun Dieux ne lui tint rigueur de ses paroles.
Quoi qu'il en soit nous leur montrions que notre mission de recrutement avait un sens et qu'elle montrait maintenant à quel point elle avait été utile.
Du coup chacun de nos héros aida son panthéon à se coordonner avec notre armée permettant une unification quasiment inespérée.
Ao : "Aujourd'hui est un jour du sang, un jour de l'épée! Un jour de postérité! Un jour pour la paix et l'harmonie, et quel plus beaux symbole que les panthéons marchant tous ensembles mains dans la mains!"
Ils étaient en bonne voie pour devenir l'union et Zhou observait tout cela avec un sourire satisfait qui me laissa penser que son petit côté "ordonné" était aux anges.
Tous furent enfin prêts et attendaient nos ordres. Ao criait encore aux foules :"Nous allons être la digue qui repoussera la marée chaotique."
J'étudiais ce qui se passait en face et c'était des plus désordonnés. Nous aurions au moins cet avantage.
Zhou se mit lui aussi à parler aux foules : "Nous sommes le dernier rempart des Mondes."
Moi : "Zhou la meilleure défense et l'attaque ... donc ensemble lançons cet assaut"
Ao : "Awooou mes amis mes frêres! ENSEMBLE NOUS SOMME INDESTRUCTIBLES! LA POSTERITÉ!"
Les titans primordiaux formaient un rempart devant leur canyon, leurs troupes les devançant.
De notre côté chaque dieux arborait un avatar parmi ceux qu'il possédait et qui convenait à la situation.
Zhou me regarda et acquiesça et pris la main d'Hitomi ainsi que la mienne.
Ao usa de son pouvoir de chœur angélique et inonda le champ de bataille de notre chanson, de notre hymne...
Zhou et moi nous nous synchronisions pour ne penser que comme un seul être, de vrais partenaires idéaux.
Des hurlement titanesque donnèrent le signal, et nous lançâmes l'assaut. Les deux troupes fonçaient l'une vers l'autre, attendant avec ferveur l'instant de la rencontre, du fracas des armures, du choc des Dieux contre les Titans...
Ao criait, Zhou scandait "ENSEMBLE, NOUS SOMMES INDESTRUCTIBLES ! "A L'ASSAAAAAAAAAAAAAAUUUUUUUUUUT !!!"
Pour ma part je lançais un "MONJOIE SAINT DENIS !!!" Quelques historiens comprirent le pourquoi de la chose, je rappelai ainsi que tous nous nous battions sous la même bannière.
Hitomi fusionna avec son gardien. Je n'ai jamais su ce qu'était cette créature mais en ce moment de trouble j'étais heureuse de savoir qu'il était de notre côté. Cela lui donnait un aspect différent des autres avatar mais pas moins destructeur et c'est cela qui était le plus important.
Zhou était la Sentinelle, et mois la Voie ouvrant à notre armée l'accès aux points stratégiques de nos ennemis.
Le choc fut terrible... et une bataille sanglante se déroulait sous nos yeux. Un fil de destin me chatouillait l'oreille me révélant que seul nos actions seraient décisives dans ce combat... nous étions ceux qui pourraient arrêter Ramesh, briser ses plans.

Ao était devenu la Bête, l'avatar même des animaux. Une sorte de Lion typhonnéen, mais démesurément plus grand, avec d'innombrables pattes, aux griffes acérées et donc le corps était recouvert d'innombrable de bouche qui dévorait tout sur son passage.
Pour ma part j'ouvrais la voie à nos troupes pour attaquer aux cœurs de l'armées adverse guidant chacun vers les meilleurs objectifs, rien ne semblait nous arrêter. Zhou lui nous protégeait de bouclier qui semblaient autant offensifs que protecteurs. Les ennemis explosant à son contact.
Cela fonctionnait comme un bouclier éjectant les ennemis et protégeant de son aile protectrice ceux qui étaient de notre côté.
Les engeances se faisaient balayer jusqu'à ce que nous arrivions sur les engeances du monde inférieur des Titans. Là, la véritable bataille commença. Les pouvoirs s'annulaient, s'opposaient, d'autres faisaient mouche d'un côté comme de l'autre.
Mais ils y avait toujours ce surnombre. On tenait mais nous risquions d'être submergé.
Ao, La Bête dévorait et handicapait tout ce qui était à l'image d'un ennemi.
Mais je m'apercevais que nous n'avions toujours pas entamé les Titans eux mêmes... le gros du problème en quelque sorte.
Notre armée recula pour la première fois et les Titans semblaient avoir l'avantage.
Nous donnions tout ce que nous avions pour compenser cet avantage et notre armée en fit de même.
Je choisis alors de devenir la Faucheuse l'avatar de la mort... Zhou me comprenant certainement se lança en lui aussi dans le changement en devenant l'antithèse de la vie le Fléau. Ao usa quant à lui de son attribut ultime, symbolisant la quintessence même du charisme divin. Il redonna courage et volonté à nos armées tout en affectant l'armée adverse.
Puis Ao devint l'avatar du Soleil, la Gloire, resplendissant, éblouissant et brûlant les ennemis.
Le fléau déversait quantité innombrable de virus mortels pour les engeances et la Faucheuse que j'étais relevait les morts pour les faire combattre à nos côtés.
Nous progressions de nouveau mais déjà 17 heures de combat s'étaient écoulées. Une pluie de projectiles et de pouvoirs diverses sont lancés sur les Titans et leurs engeances, c'est la riposte divine. Ce qui força les Titans, eux même à entrer dans la batailles.
Si les pouvoirs des avatars des Titans avaient les mêmes limites que celles des Dieux, ceux des Titans personnifiés ne semblaient pas en avoir plus que nous... Il nous faudrait donc soit les affronter soit les passer pour trouver Ramesh et le détruire.
Le combat continuait Zhou passant du Fléau à la sentinelle, créant des virus volatils qu'il répendait sur le champs de bataille et qui n'affectaient que les engeances.
Puis il reprenait la forme de la Sentinelle pour protéger nos troupes.
J'utilisais des cranes d'engeance comme projectiles, tant le nombre de cadavre était à profusion.
Mais toujours pas de Ramesh.
Goran et Paola envoyaient en enfer bon nombre de créatures en pourfendant la terre et en la refermant sur nos adversaires. Il méritait bien son surnom de pourvoyeur de mort car il frappait emportant vers on ne sait où les âmes des engeances.
Hitomi déchirait les géants en deux comme si elle découpait du papier à cigarette, déchaînant son gardien avec fureur.
Tout n'est plus qu'un immense champ de bataille et de morts. L'apocalypse se regroupait cependant en lieu et place des Titans et nous nous en rapprochions inexorablement.

C'est alors que nous entendîmes un coq chanter, puis des trompettes sonner.
4 cavaliers sortis d'on ne sait où arrivèrent sur le champ de batailles... les chevaliers de l 'apocalypse... amenant mort et désolation.
A cet instant j'usais de ma dextérité ultime abandonnant la Faucheuse pour n'être plsu que précision et vitesse. Je me lançais à la vitesse de l'éclaire en leur direction en attendant l'alignement des 4 pour tirer un projectiles à qui je conférais toute ma vitesse, mon tir était guidé pour favoriser l'alignement et j'octroyai à ce projectiles le pouvoir des lancer destructeurs... Filant comme l'éclaire le projectiles traversa les 4 cavaliers, ces derniers explosant dans une gerbe de sang.
Zhou se mut en Avatar de la santé, le Sauveur et protégea les troupes des effets de la peste.
Je me rendis compte que Ao les avait éblouit l'instant nécessaire pour qu'ils ne puissent éviter mon coup... Ils moururent sans ménagement comme un mauvais rêve qui disparaît après avoir allumé sa lumière.
La fureur de l'ennemi s'imposa de plus belle et nous nous vîmes à nouveau repoussé sans comprendre pourquoi. Il semblerait que le fait d'avoir tuer les cavaliers avait rendu les engeances plus fortes. Nous essuyons désormais des coups terribles et nous reculâmes presque en courant durant un instant. On aurait pu croire à une débandade … peut être le fut elle un moment...
J'usais alors de l'Avatar de psychopompe, la Voie, pour réorganiser nos armées. Zhou redevint la Sentinelle pour les protéger.
Ao redevint la bête pour protéger ceux qui battaient en retraite.
Mais ce ne fut pas suffisant. Notre armée subissait de lourde de perte, une véritable hécatombe.
Puis un rire, un rire horrible, démoniaque se fit entendre, il était là enfin... celui qui focalisait la haine de tous depuis le début mais qui se cachait.
C'était Ramesh mais il avait encore changé. Ces cheveux était très long, ces yeux encore plus noirs, ces veines n'étaient que ténèbres et surtout il semblait avoir un pouvoir plus puissant que jamais, et son aura débordait d'une énergie destructrice.
Il avançait vers nous sur le champ de bataille écrasant sans vergogne allier comme ennemi. Il vaporisa d'un geste une escouade d'engeances qui ralentissait son avance. Il faisait des geste avec ses doigts en chantonnant « Tic tac tic tac... »
La voie que j'incarnais lui envoya quelques boulets surpuissant histoire de lui dire merde mais qui ne lui firent rien de bien méchant car ils se désintégraient avant même de le toucher.
Il continuait d'avancer vers le milieu du champ de bataille.
Il tendit les bras en croix comme un crucifié, je lui envoyai alors à travers mon avatar de la mort le pouvoir de mort de l'âme. Zhou lui profitait que je détournais son attention pour analyser Ramesh. Il me dit alors :"Il absorbe toute l'énergie que nous lui envoyons, comme un trou noir !"
Ramesh prit le pouvoir en pleine face ceci dit et s'effondra avec des convulsions.
Je criais à tout le monde de tirer sur lui en cette instant et lui me regardait avec un air de dire « mais comment.»
Tout le monde déchaîna ses tirs.
Je lançais un regard à Zhou qu'il décrypta immédiatement : je lui disais mais quel acteur ce Ramesh...
Après 30 minute de feu continue de la part de nos troupes, tout le monde cessa.
Après dissipation de la poussière, nous le vîmes éclater de rire. Il se releva et s'épousseta.
J’applaudissais le jeu d'acteur.
Et lui qui aimait le publique dit : "non sérieusement vous y aviez cru ?"
Nous lui répondîmes en chœur : "Non"
Il savourait son effet et cherchait les compliments visiblement. Il cherchait certainement à gagner du temps et nous aussi d'ailleurs.
Ao le chambrait sur ses talents d'acteur et je disais le contraire ironiquement.
Je crois même que je l'entendis demander le remboursement de sa place...
Zhou quand à lui transpirait la vengeance à grosse goutte. Des flammes se dessinaient au fond de sa rétine. J'espérais qu'il se contiendrait et ne disait rien, question de confiance.
Ramesh faisant sa star : "Je ne savais pas si je devais le faire, mais bon, il fallait bien que je rigole un peu."
Moi : "Rire c'est pour ceux qui savent encore ce que c'est que le plaisir..."
Ramesh : "Roh la vilaine, tu sais quoi je te tuerais en premier."
Je décidais de le chauffer pour lui faire perdre un peu ses moyens : "Et bien, il faut bien un début à tout mon choux"
Ao : "Ta ! Ta !Ta ! Il n'y a que la vérité qui fâche, Ramesh."
J'avais usé d'un don qui me permettait de saper le moral de n'importe quel ennemi en un seul coup. Il me suffisait de faire une réplique cinglante et de voir son moral tomber à zéro. J'attendais de coir si cela avait fonctionné.
Là il me regarda droit dans les yeux et je le soutint du regard. J'ajoutai : "Dire que tu ne sais pas ce que d'aimer..."
Ramesh "Franchement lancer des petites piques comme ça, c'est d'un niveau si bas que je ne m'abaissera pas a palabrer sur ça. Oh mais oui c'est vrai toi et ton petit Sully d'amour chouchou."
Il essayait évidemment de me toucher en plein cœur, c'était le cas de le dire. Je résistais à l'envie de lui en foute une et faisait l'indiférente. D'ailleurs Sully comme moi savions tous deux que l'un et l'autre pouvait mourir. Nous en avions accepté le prix. Je décidais d'avoir confiance. Nous survivrions à cela.
Je lui envoyais ceci dit un coup bas … retour à l'envoyeur si je puis dire : "Et ta petite quêquête de pouvoir alors c'est pas mieux..."
Zhou semblait de plus en plus sur le point d'exploser.
Ramesh s'adressant à moi : "Est ce que tu pleures qu'il ne soit pas là avec toi, et est ce qu'il te satisfait au moins ?"
Je souriais intérieurement car cela faisait des mois que je me laissais aller aux larmoiements en espérant qu'il le voyait de loin. Il valait mieux qu'il m'attaque en ce moment que Zhou. Ma tactique avait une faille … je l'appris à ce moment précis... Zhou tenait aussi à moi.
Zhou : "TA GUEULE !"
Ramesh pencha la tête sur le côté pour regarder Zhou.
Moi essayant désespérément à ramener la discussion sur moi : "Ramishou fais gaffe à pas te faire de torticoli !"
Ramesh s'adressa alors à Zhou : "Et bien quoi ? Ton mariage inter panthéon ne te satisfait pas ? Pourtant la petite Hitomi est plaisante a étreindre..."
Ramesh passait sa langue sur ses lèvres puis dit : "La posséder ... quel délice !"
Non non, il ne fallait pas que le combat se fixe sur Zhou... je savais que c'était à moi de prendre la première vague dussé-je en mourir. Heureusement Ao vint à notre secours arborant tout son charisme.Il prit Zhou par l'épaule l'attirant vers lui.
Ramesh fut pris d'un petit frisson mais Zhou semblait ne pas subir le moindre effet : "Tu n'as même pas le droit de prononcer SON NOM !!!"
Ao lui dit alors avec la plus profonde des assurance : "Zhou ! Tais toi ! Tu rentres dans son jeu"
Moi "Tu nous diras, Ramesh, quand tu auras fini ton numéros ?"
Ramesh se concentra alors sur Ao :"Oh tiens ! Le soi-disant maître zen qui ne sait pas se canaliser vraiment. Qu'est ce qu'il y a ? Tu veux un arbre à chat ? T'inquiète pas ta petite Rachel je m'en occuperais bien"
Ramesh eut encore un petit sourire narquois.
Ao ne disait rien plantant juste ses yeux dans ceux de Ramesh sans rien dire.
Zhou ne décolérait pas mais gardait un semblant de contrôle. Hormis son regard de taurau enragé et sa veine saillante sur sa tempe on aurait plus croire qu'il s'était calmé.
C'est alors qu'une lumière apparue soudainement derrière Ramesh. Et le dévoreur de monde sans se retourner mit son bras en arrière, le transformant en une sorte de trou noir. Il ressortit son bras semblant tenir quelque chose. Nous ne vîmes pas de suite ce que c'était. Mais il nous le jeta à nos pieds. C'était un cadavre... le corps de... non je ne pouvais le croire. C'était Sully et Ramesh riait de plus bel.
Ramesh :"Sérieusement vous comptiez sur ça ?????"
Je lui répondis "Belle l'illusion", je ne voulais pas y croire ou je n'y croyais pas. Je ne sais ce qui me motivait à nier l'évidence étendu à mes pieds. Ce ne pouvait pas être lui.
Ao et Zhou ne disaient rien.
Ramesh nous toisait de son regard de dément : "Pas la mienne en tout cas, je ne m'amuse pas avec ce domaine de passe-passe !"
Moi :" Tu as bien d'autres cordes à ton arc ... je ne tomberai pas dans ton piège."
Ramesh : "Mais soit ! Vérifions, mais si vous vous foutez de moi je vous pulvériserai sur le champ."
Ramesh s'approcha du cadavre et frappa un coup de pied faisant gicler du sang sur le sol.
Il semblait user de pouvoir en regardant le corps et dit : "Humm pas une illusion !"
Moi "Qu'est ce qui me dit que tu n'as pas transformé un cadavre en l'image de Sully ?"
Ramesh : "Parce qu'il était vivant !"
Il goutta le sang et rajouta : "Et encore chaud en plus ! C'est quoi votre tactique là ?"
Je refusais d'admettre ce qui ce passait et je m'enfonçais sans vraiment songer à le déstabiliser mais force de croire que je l'agaçais à ne pas marcher dans son jeu. Je rajoutais : "Et alors je sais que ça se fait vivant aussi, allez arrête ton petit jeu avec nous ça prend plus !"
Ao restait de marbre pendant que Ramesh écrasait le corps sans vie à ses pieds. Il n'en restait que de la bouillit et je priais pour que ce ne soit pas Sully. Je le priais pour qu'il m'entende où qu'il se trouve. Je priais presque comme on prie un dieu lui adressant une prière. Mais je restais ferme face à Ramesh.
Ce dernier ajouta alors, ajoutant encore à ma confusion :"Bah fallait bien rire !"
Zhou fronça des sourcils... et nous vîmes le cadavre se transformer en Ange d'Akhénaton.
Ramesh nous regarda tous et nous lança : "Bien je vois que l'autre vous a mis un moral d'acier."
Il faisait certainement allusion à Ankoku et je voulais changer de discussion pour qu'il ne puisse pas en apprendre assez sur l’entraînement que nous avions reçu.
Je lui lançais donc : "Bon tu vas me sortir ma grand mère maintenant ?"
Zhou ne perçu pas le piège et répondit au même moment que moi : "Oh, tu parles peut-être d'Ankoku?"
Ao, lui explosa de rire quant à ma réponse. Je pense qu'il était soulagé pour moi et Sullivan.
Ramesh répondit à Zhou :"ah y se faisait appelle comme ca"
Je n'eus pas le temps d'arrêté Zhou encore sous le choc de mes dernières émotions et Zhou poursuivit : "La partie de toi qui a œuvré depuis toujours à contrer tes "plans"?"
Ramesh changea de sujet je ne sais pour quel motif :"Bref ! Ce n'est pas le tout ça mais je vous ne le demanderais qu'une fois : barrez vous ! Et laissez moi faire ! Je vous promet un truc sympa, sinon, en cas contraire, je vous extermine."
Moi :"Bien on te propose, nous, de te rendre sagement ou on t'explose, c'est honnête non ?"
Ao faisait désormais semblait de faire sa toilette... je crus même le voir un instant se gratter la tête avec sa patte arrière. A sa façon il essayait de déstabiliser Ramesh.
Zhou riait désormais et se rangea avec Ao derrière moi. Ao interpella Ramesh comme s'il avait mal entendu : "Hein, Le signe du destin à parler..."
Je venais enfin de marquer un point car Ramesh me répondit : "Toi ma petite t'es une grande gueule !"
Zhou : "Parce que tu crois qu'on est pas sérieux peut-être?"
Ramesh : "Je vais dévorer ces mondes, et l'offrir au destin, mais croyez moi j'en ai pas finis avec vous, et surtout toi..."dit-il en me visant du regard.
Ao : "Celui qui brasse du vent, c'est toi depuis tout à l'heure."
Je crus bon de préciser : "On dit une bouche pour une femme ... gueule c'est pour les animaux... rho il a rien apprit depuis tout ce temps."
Ramesh :"Mais tu n'es qu'un animal pour moi."
Ao :"Bah quoi il nous confond maintenant , voilà qu'il perd la boule pauvre Ramesh. »
Zhou : "Forcément, à cet âge-là, ça devient sénile."
Ramesh essaya de nous ramener à la réalité ou à se sortir de ce sujet en disant : "Tic, tac, tic, tac. C'est bientôt l'heure."
Ao :"C'est sur après tout ses siècles à vivre dans une illusion à la con."
Zhou :"Bientôt l'heure de te péter la gueule, oui !"
Ramesh "Avec le destin, il ne faut pas être pressé, je ne pensais pas que ça irais si vite pour que je puisse venir."
Ao : "Comme tu l'as dit vieux croûton, avec le destin c'est comme dans la vie, faut pas s'presser ma Brenda ! Les voix du destin sont impénétrables."
Ramesh :"Rah ! La ! La ! Ce bon vieux Ao, il faut toujours que tu te crois intéressant ou drôle. Et puis je je suis pas d'accord avec toi Ao, vous ne le comprenez pas tout simplement."
Zhou singea Ramesh et dit : "Rahlala, ce bon vieux Ramesh, il faut toujours que tu te crois intéressant ou au-dessus de tout."
Ao : "Parce que toi tu veux me faire croire que tu le connais ?"
Moi :"Ils sont au courant les titans que tu veux tout pour toi ?
Ramesh eut un sourire sadique : « Mais les titans ne peuvent rien faire."
Je réussissais enfin à ce qu'il parle de son plan. Cela avait mis le temps mais au moins on allait enfin en savoir plus.
Moi :"Tu veux dire qu'il est trop tard ?"
Ramesh va vers les titans et leur met à tous une droite puis il revient au milieu du champ de bataille et dit : "Ce sont des pulsions primaires. Moi je suis au dessus d'eux. J'ai été au cœur du destin."
Zhou : "Et alors? J'ai survécu à l'administration de la Bureaucratie Céleste."
Ramesh ne se laissa pas déstabiliser et continua son récit : "je perçois bien plus de choses que n'importe qui ici."
Ao baillait aux corneilles en se curant les dents avec les griffes.
Ramesh :"Le seul qui aurait pu m'arrêter n'est plus là."
Je me recoiffais,Ao avait un sourire de prédateur en écoutant la suite du discours de Ramesh.
Ramesh : "Du coup je n'ai qu'a faire ce qui est prévu dans le destin."
J'aiguisais ma faux car j'étais toujours la mort incarné l'avatar de la Faucheuse.
Ramesh : "Mais vous, pauvres idiots que vous êtes, vous ne verrez ça qu'après ! Tic, tac ! Ah, c'est l'heure !"
Je ne pus m'empêcher et dis : "A table !"
Ao continuait lui de son côté : "Les idiots perçoivent mieux le mondes parfois que les oracles les plus clairvoyants."
Ramesh : "Merci à vous et à la prochaine... l'unité avec un de moins ce n'est plus ça... au revoir miss grande gueule !"
Je sentis le vent, je le vis se retourner dans la direction des Titans et partir en faisant un bye bye de la main.
Je lui lançais un "C'est tout ce que t'as dans le slip ?"
Son sourire ignoble ne me disait rien qui vaille. Il préparait quelque chose et ce n'était pas bon. Je me sentais concerner sans savoir ce qui allait se passer.
Je rajoutais alors : "T'as peur en fait..."
Et il me répondit "Non, tu es déjà morte."
Ce qui est étonnant c'est que sa voix me parvint de mon dos et non de devant moi. Mon pouvoir me permettant de ne pas être surprise ne se déclencha pas, j'étais frappée sans pouvoir réagir. Zhou tenta de me protéger mais en vain... Je vis la noirceur parcourir mon corps comme si je me carbonisais.
Je m’effondrais et sentait la noirceur envahir mon esprit. Je mourus pour la deuxième et dernière fois. Comment cela se fait il que je puisse raconter mes mémoire alors que je suis morte ? Le destin trouve son chemin... mon âme quittait mon corps et je voyais Zhou hurler me tenant dans ses bras.
Bon nombre de nos alliés accoururent vers nous...
Je priais Sullivan comme on envoie une prière à un Dieu avec l'espoir que la prophétie se réalise que je le retrouve dans la lumière... Au paradis ? Cela se pourrait bien. Seul l'avenir pourra le dire.
En attendant mes yeux s''était éteints et je gisais sans vie avec pour seul compagnon le cri déchirant d'un ami.
(Fin d'épisode)

_________________
____________________________________________
C'est ceux qui parlent le plus qui jouent le moins ^^...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Armaniac
Human Jukebox/Messager Céleste
avatar

Messages : 1270
Date d'inscription : 13/02/2011
Age : 43
Localisation : Dans l'antre du Dragon d'Or (près de la capitale^^)

MessageSujet: Re: Partie Hitama Récit de Morgane Brunehilde   Sam 1 Sep - 16:12

Session Start: Wed Jul 25 20:34:39 2012
Partie 65 et Fin
Je voyais un tunnel de lumière et je me sentais attiré par lui. Je cherchais Sullivan du regard puis le doute m'envahit. Je me retournais et cherchait mes amis du regard. Mais il n'y avait que le néant derrière moi. J'appellais Sully et n'ai qu'un murmure en réponse. Je me concentre. J’essaie de comprendre mais en vain alors je cris : « Sully !! C'est toi ? Mes amis ont besoin de moi. »
Une vois me répond : « Si tu décides quelque chose fais le!"
J'aimais Sullyvan à la folie mais je ne pouvais laisser Ramesh ravager le monde et mes amis. Ces derniers comptaient sur moi.
Alors je dis : "Je souhaite par dessus tout te revoir mais ... notre amour ne serait rien si Ramesh gagnait, je t'aime ne m'en veux pas. J'espère à bientôt !"
Et je me concentre pour revenir d'entre les morts. J'étais l'Avatar de la mort avant de subir le coup de Ramesh j'espérais que cela ai un sens.
Quoi qu'il en soit je ressentais maintenant une pulsation, un rythme. Je me concentrais dessus de toute mon âme. Je devais revenir. C'est comme si je revenais dans le cours du temps. Je venais d'activer mon astuce ultime. Je venais de voir que je mourais si je ne faisais rien, que j'allais revoir Sullyvan mais que cela en pouvait être avec la victoire de Ramesh.
Alors je fis ce que tout Dieux possédant l'astuce ultime ferait je décidais que cela ne se passerait pas ainsi.
Nous étions Face à Ramesh et il allait me frapper sous ma forme de Faucheuse. Mais je ne suis pas surprise par lui. Je place discrètement une glyphe de protection sur mon bras. Ramesh me frappa et me laissa pour morte... mes amis autour de moi attristé. Mais j'entrouvris mes yeux et vis le ciel.
Une voie m'appelait dans ma tête : "Guide moi mon aimée !"
Je l'appelais pour venir à nous avec mon tout mon cœur et mon âme... lui aussi faisait parti de ce combat. Il sera avec nous la pièce de l'humanité qui gagnera son droit d'exister.
Je vis alors une lumière...

Mes compagnons me regardaient, étendu dans les bras de Zhou. Ramesh était hilare, il jubilait même.
Zhou me tenait dans ses bras et fit un signa à Paola. Cette dernière semblaient prête à tout annihiler sur le champ. Ao faisait des signes d'apaisement, il avait compris qu'il ne fallait pas donner plus de pouvoir à Ramesh qu'il n'en avait déjà et qu'ils auraient besoin de toute leur force le moment venu.
Notre armée étaient sous le choc. Le gardien d'Hitomi devenait Rouge.
Ao dit en mots codés : « Que Ramesh ne le savait pas encore mais qu'il venait de signer son arrêt de mort. »
Paola montait un hôtel pour moi...
Ao tentait des paroles réconfortantes rappelant à tous qu'Ankoku nous avait dit d'avoir confiance en chacun de nous. Zhou s'agenouilla près de mon corps inanimé. Il avait les yeux fou de rage.
Ao usa de son Charisme ultime, usant du pouvoir infini de celui qui insuffle courage et amour, celui dont respecte les mots. Il voulait les ramener tout en position de combat.
Le visage de Zhou ressemblait encore à celui d'un taureau près à foncer.
Paola le retenait l'empêchant de sortir de ses gonds.
Zhou pointa Ramesh et dit : « Tu es déjà mort. Mais tu ne le sais pas encore."
Ao usa de la forme de la Gloire, l'avatar du soleil. Pour illuminer les ténèbres qui semblait s'insinuer dans le cœurs de mes amis.
Hitomi haletait comme une bête furieuse.
Ao dit alors en langage secret : « Zhou calme toi ! Si tu exploses maintenant tout est foutu! Nous avons l'avantage, c'est un tour de Ramesh! Il ne tient pas Sully! Et c'était prévu. C'est nécessaire pour abattre Ramesh!"
Puis Zhou dit "EN FORMATION ! AO ! HITOMI ! PAOLA !"
Ao en codé : « Zhou on ne peut pas, PAS MAINTENANT*
Zhou demanda de se mettre en formation mais sans attaquer... il rajouta d'un coup qu'il avait confiance en moi, qu'il avait la Foi. Il expliqua à mort couvert à Ao que c'était une feinte et qu'il me faisait confiance que je reviendrais.
Tout le monde se mit en position, c'était le moment que j'attendais.
Hitomi eut même une sorte de sourire en regardant celui de Zhou.
Mais elle se transforma en avatard des tempêtes, nul doute qu'elle n'était pas calmée.
Zhou : "Hitomi ! On se calme, mon amour !"
Pour toute réponse des milliers d'éclairs forme en mur entre Ramesh et nous.
Ao usait de tout son charisme pour maintenir les rangs et la convaincre de ne pas attaquer la tête baissée.
Hitomi dit juste à mot couvert : « Ils vont arriver. » Et elle envoyait de plus en plus d'éclair.
Zhou lui répondit de tenir bon...

La lumière jaillissait autour de moi. Mes amis avaient tenu bon le temps que je puisse revenir et faire ce qu'il fallait pour Sullivan.
Je bondis au milieu de mes amis complétant la posture de combat.
Une fois formé nous ressemblions à un chevalier dragon. Ao devenant le dragon, moi le chevalier avec Paola qui formait une lance de cristal étincelante, Zhou même s'il formait une part de l'armure et du bouclier, n'en demeurait pas moins une partie intégrante de notre pouvoir de décision. Je formais l'attaque et lui la défense. Dans notre dos et autour de nous hitomi formait une aura d'éclaire et de vent. Se joignait progressivement une lumière qui faisait étinceler notre groupe.
Nous étions le chevalier dragon d'or, défenseur de la lumière.
Zhou me rappela que nous n'étions pas encore arrivé au moment ultime de l'attaque commune. Je décidais alors de prendre la pause avec mes amis. Juste pour gagner un peu plus de temps.
Ao rajouta son air trop cool désormais devenu célèbre par delà les continents et les panthéons.
Ramesh nous regarda avec stupéfaction avec un soupçon de « Ah ouais ok pourquoi pas. »
Zhou usait de son propre charisme pour remotiver nos armées.
Ramesh : "Bon la petite est tenace, ça va rendre enfin les choses intéressante."
Je souriais car Sullivan me susurait que le moment était là et que nous allions être réunis.
Et là un son sourd se fit entendre, un vrombissement assourdissant pour les 2 armées, puis vint un flash lumineux, aussi bref que celui d'un appareil photo mais d'une puissance équivalente à la luminosité d'une explosion nucléaire.
Malgré mes propre pouvoir je peinais à y voir. Mais lorsque mes yeux s'habituèrent je vis flotter un ange déployant ces ailes immenses. C'était le dernier des templiers. Nous lui avions souhaité de recevoir la récompense à tant d'année de sacrifice. Nous avions souhaité qu'il puisse rejoindre Dieu. Il nous rejoignait nous comme l'ange de Dieu. Il revêtait une armure étincelante et porte bouclier et épée de lumière.
Celui qui se dévoile à ses côtés peu à peu, dont le physique est marqué par des changement plus que magistraux, n'est autre que Sullivan. Ses cheveux sont désormais long, une aura douce émane de lui, avec cependant un soupçon de puissance infinie.
Si je l'avais pu je me serai transformé en avatar de l'amour. Je lâchais son nom … comme une pétale de rose volant vers lui.
Ao souriait et on avait du mal à savoir si son sourire était carnassier tant il nous dévoilait ses canines.
Sullivan approchait. Zhou souriait lui aussi et les salua lui et Ankios en s'inclinant devant eux.
Sullivan prit ma main et je l'invite à monter sur notre dragon. Il me serra dans mes bras.
Sullivan : « Tu es encore plus belle. »
Toutes mes blessures se refermèrent à son contact. Et je vis que je rayonnais dans le regard de mes amis. Je l'embrassais d'un simple et pur baisé et lui dit : «  Je t'invites au bal ? Depuis le temps que je rêvais de t'avoir ainsi à mes côtés..."
Le temps semblait suspendu et Ramesh ne réagissait pas. Peut être évaluait il l'ensemble des données qui venaient de changer. Quoi qu'il en soit l'instant était si magique que le monde semblait attendre avant de s'écrouler.
Sullivan : "Je vois que tu n'as pas perdu ton humour c'est bien."
Il se dirigea alors vers l'ensemble de mes compagnons.
Sullivan :"cela fait un moment mes amis." Sa façon de parler est douce mais emprunt de force.
Il me faisait penser à Unas, mais en plus puissant. » Nul doute que ce qu'il avait traversé l'avait transformé. Il était plus qu'un simple humain. Oserais-je dire à l'égale d'un Dieu.
Zhou souriait.
Mon air taquin repris le dessus et je regardais Ramesh du coin de l'oeil avec un air de dire : désolé mais une affaire plus urgente vous place en attente. Je jubilais intérieurement de ce petit effet.
Je ne pus m'interdire de dire à mes amis : « Il est beau mon homme, n'est ce pas ?"
Zhou s'excusait de ne pas avoir réussit à me protéger comme il lui avait promis. La vérité était que si j'avais frôlé la mort c'était pour permettre l'arrivée de Sullivan.
Ramesh contemplait la scène sans rien dire.
Sullivan : "Non Zhou, il devait en être ainsi, sinon je n'aurais pu venir."
Ankios s'approcha de nous le visage serein puis dit : "Merci de m'avoir bénis, j'ai pu rejoindre le messie."
Moi : "C'est la moindre des choses."
Ankios :"Nous sommes venus pour arrêté l'armée de l'ombre."
Paola prit le bras de sully et lui mit le bracelet que nous possédions tous.
Et je dis : "C'est parfait... tout est parfait."
Nous étions tous entrain de nous retourner vers Ramesh. Ankios nous rappela la réalité du moment.
Sullivan dit : "Non Ramesh est là, tout n'est pas encore parfait."
Ao se réjouissait, je pense qu'il en avait marre d'attendre le signal de l'attaque. Mais Zhou avait user de son intelligence ultime pour en connaître l'instant précis et il nous faisait attendre encore.
Ao : "Enfin on va se fighter avec l'ombre en personne ^^"
Sully : "cela sera difficile mais ensemble, unis, rien ne nous arrêtera."
Moi : "Ensemble nous sommes Indestructibles !!"
Je le dis cette fois avec la plus grande des sincérité car oui pour la première fois je considérais que nous étions tous ensemble... personne ne manquait.
L'énergie de Sully rayonna plus puissamment encore même si l'énergie restait encore assez douce à mes yeux. Les dieux ne semblaient pas comprendre ni croire ce qu'ils voyaient.
Zhou serra son propre bracelet et répéta ce qui était notre phrase ultime "Ensemble, nous sommes indestructibles."
Ao leva la bague aux yeux de tous, celle-là même qui lui avait été donné par Unas. L'anneau luisait intensément. Je l'observais de Mon œil magique et je sus qu'il était désormais complet.
Il semblait presque vouloir exploser mais à ce moment précis un rayon frappa le collier de Rachel et se réfracta dans l'air.
Ramesh hurla :"Nan mais c'est quoi encore ce bordel, mais c'est pas vrai ! Pas moyen de conquérir tranquille !"
Je dis à mot couvert : «  le bar est open je répète le bar est open » ce qui signifia aux oreilles de tous que la était activée à100%.
D'un seul coup tout les dieux tombèrent à genoux, se tenant la tête, même certains scions, se contorsionnaient de douleurs.
Zhou analysait la situation l'air imperturbable et j'en fis autant mais de manière magique.
Mais avant que nous puissions analyser convenablement ce qui se produisait nous fûmes pris d'un mal de tête monumental. Nos oreilles sifflèrent avec une douleur aiguë et horrible. Il est difficile de comprendre pour un mortel ce que cela fait d'endurer des douleurs pour un dieu qui est censé ne plus en ressentir. Imaginez les tous subissant ce que certains n'avaient jamais connu.
Cette sensation était horrible même pour nous mais nous étions plus que de simple Dieu et notre statut "surdivin" nous permit alors d'entrevoir quelque trame du destin pour ma part et certaineemnt quelques éléments tactiques pour Zhou ou d'ordre du Qi.
Cela n'était pas magique et ne semblait pas provenir de Ramesh lui même. Puis je commençais à isoler petit à petit ce que c'était. J'entendis des prières des milliers, voir des millions peut être plus.
"Ils se battent pour nous aussi !" "Priez pour eux !" « Priez les !" "Il faut les aider."
Des millions de prières simultanées comme si pratiquement toute la planète priait en même temps pour la même chose. Une prière nous atteint plus que les autres : « Lyall, Zhou, Ao, Paola, Hitomi ! Courage ! Sulliva, Ankios protégez les ! Unas guidez nous !"
La douleur devint moins intense et tout le monde se releva. Puis vint une dernière prière plus pur que la rosé du matin "Que les courageux mortels se laissent guider par la lumière !"
Je ne saurais dénombrer la quantité d'individus qui venait d'apparaître à cet instant. Des milliers, des millions de mortels apparaissant dans des raies de lumières venant grossir l'armée divine.
Non, elle ne pouvait plus être appelée ainsi nous venions pour la première fois de créer l'armée des mondes. Tous aussi différents les uns des autres, avec leur qualité leur défaut mais avec la Foi infaillible que tous nous allions l'emporter.
Il y avait de tout parmi les humains, couleur de peau, âge... grand, petit, des membres de gangs, des policiers, des survivalistes, des soldats, des hommes, des femmes, de toutes les couchent de la société. En un mot tous les mortels voulant défendre leur droit à vivre, ne voulant pas laisser les dieux seuls porter ce fardeau et désirant plus que tout de faire triompher la lumière sur les ténèbres.
J'exultais, car c'est ce que j'avais toujours voulu. A travers mes musiques, mes chants, j'avais toujours voulu qu'ils puissent un jour comprendre cette solidarité et ce pouvoir qu'est l'union. Et je voyais cela se réaliser devant mes yeux.
Je criais : "Pour l'Armée des Mondes ! Hip HIp HIP !!!! ....HOURAAAAAAA!"
Unas était présent, se dirigeant vers nous et Sullivan l'étreingit.
Derrière eux, les clameurs des millions de mortels se firent entendre.
J'étais ivre de bonheur. Tous se saluèrent.
Puis Unas Nous dit : "Sully a réussi à vous rejoindre, je n'ai fait que dire la vérité, et les mortels ont choisit. Tous sont réunis pour se battre."
Je vis à cet instant Iqbal, celui que j'aurai aimé revoir après les événements avec mon père mais dont le temps me fit défaut. L'ours était présent aussi avec ses gars.
Moi m'adressant aux foules :"Nous nous battrons tous sous la même bannière, en frères d'armes "
Je vis aussi les disciples d'Orkhall, mon frère ainsi que tous les mortels qui ont été touché par vos actes. L'écoles de Zhou était également présente.
Ao criait également : "Ensemble Awououou! Indestuctible nous sommes Awwwwouuououououu!"
Moi : "Iqbal mon amis que tu m'as manqué... j'ai si souvent penser te chercher... "
Il me sourit et me dit : "Dieu veut savoir si nous voulons vivre ou laisser les ténèbres nous submerger."
Je me fis la réflexion que Ramesh avait créer le passage de l'impossible entre les mondes mais que nous, nous avions créé l'armée improbable, celle qui ne pouvait être réunie mais qui pourtant était là. Chacun voulait se battre ensemble. Je vis mêmes quelques dragons … de notre côtés. Tout ce qui pouvait être réunis pour être de notre côté était là, unis pour le même objectif.
Sully nous invita à reformer la ligne et nous lance : "La bataille finale est là, soyons digne porter cet étendard que la force soit avec nous !" Puis il sourit.
Nous lui sourîmes à notre tour. La force était avec nous je le disais avec conviction.
Zhou rajouta :"Comme ça aurait toujours dû l'être. Et comme nous le serons toujours. Jusqu'au bout. Ensemble nous sommes indestructibles."
Je décidais d'ouvrir le bal avec ma manipulation ultime pour être sur de mon effet et je dis  aux Titans : « libérez vous de votre joug et trouvons une place pour chacun d'entre vous dans cet univers !!!"
Mais ils ne réagirent même pas comme muselés.
Serguei vous dit télépathiquement, battons Ramesh et offrons aux titans une place, ça a toujours été mon souhait."
Je dis alors :« libérons les ! »
Sully : "Pour la vie !"
Et nous reprîmes tous en cœur ses message d'espoir, de fierté et de force avant le combat.
Je répondis à Sergeï :"Du moment que chacun comprend que nul est plus important qu'un autre et respecte son prochain... alors oui."
Ramesh nous observait. Il jouait la comédie. Il faisait celui qui était ému et applaudissait faussement ses effusions. Puis il dit : "Bravo ! Un oscar s'il vous plaît !"
Zhou retrouva son sourire sadique en le regardant.
Ramesh : "Nan mais quel effet dramatique !"
Zhou :"Oh ne t'inquiète pas pour toi. On ne t'a pas oublié."
Ramesh : "Je serais ému, si j'avais encore un cœur."
Je fis semblant de parler à Zhou en désignant Ramesh :" Ne le brusque pas trop, on l'a privée de sa tétine quand il était petit, il ne s'en est jamais remis."
Là Ramesh eut un regard agressif. Je marquais un point. Zhou en profita pour accroître son bouclier de force afin de l'étendre à toute l'armée.
Ramesh : "Ça ne change rien peut importe qui vous ramenez. Au final, vous serez détruits, le destin me l'a montré, c'est déjà joué !"
Zhou : "Je suis le Protecteur de ces mondes."
Ramesh : "Je suis le dévoreur de monde, le dévoreur d'étoile !"
Il me laissa le temps de devenir le général et de dire : "Mourir pour sauver les mondes serait un honneur ... quoi que vous fassiez vous ne PASSEREZ PAS !"
Ramesh : "Qu'il en soit ainsi !"
Zhou : "Tu es peut-être le Dévoreur. Mais tu es Seul."
Ramesh : "Un trou noir n'a besoin de personne ! Vous l'apprendrez !"
Il fit un signe... et l'armée titanesque se remit en ordre de bataille.
J'incitais tout monde à se positionner.
Zhou commençait à trop parler à mon sens car il dit, et ce risquant de dévoiler notre plan : "Je suis Protecteur. Mais j'ai avec moi l'Attaquant, l'Instinct, la Furie, la Résistance, et le Messie."
L'armee des mondes se mit en ordre de marche et fut prête à attaquer en un clin d'oeil.
Je sortie sort son légendaire soutif étincelant ... avec un petit regard coquin à Sullivan.

La batailles avait cessée durant toutes les discussion mais elle reprenait de plus belle avec beaucoup plus de troupe que précédemment. Ce fut certainement la plus grosse des bataille que nous ayons jamais vu de mémoire divine. De l'inédit.
Zhou traçait des trigrammes dans le ciel.
Mais Ramesh nous rappela à son souvenir : "Attaquez ! Tuez les ! Que pas un n'en réchappent !"
Les engeances et les titans fonçaient sur nous et Zhou me laissa la mission de lancer l'ordre d'attaque.
J' embrassais mes cailloux désormais épiques... "Volez mes petits aux coeurs des ténèbres et rayonnez de votre lumière. Ao bénie les, s'il te plaît de ta radiance divine."
Ao embrasa mes projectiles et je les lançais sur les lignes ennemis frappant leur cœur.
Je criais alors à tout le monde : "Tenez ! Tenez ! Tenez ! »
J'attendis que nos ennemis soient en pleine charge trop nombreux pour changer de trajectoire pour donner l'ordre de tirer aux Archers.
Puis comme un crit libérateur je lançais : "CHARGEZ !!"
Mes pierres étaient comme des balles traçaantes, ouvrant les lignes ennemis à la lumière. Voilà même si cela n'était que symbolique c'est l'idée que je voulais communiquer à nos troupes.
C fut un royal bordel, une confusion de pouvoir, de tirs, d'obus, de flammes, de simples balles, de flèches. Les mortels se calquant sur les Dieux. Je vis Ao prêt à bondir sur Sumo-no-Kumi le titan des ténèbres mais je lui demandais de bien vouloir rester groupé.
Zhou protégeait désormais les lignes des engeance de Hundun pour éviter le chaos dans nos rang.
Ao, la Gloire incarné, avatar du soleil, arrosa les avatars de soku no kumi de tirs de gatling. Cette dernière était démesurée, plus énorme qu'une bête typhonienne.
J'organisais les avancés et retraites alternant tirs, charges et retraites.
Zhou ne tarissait plus de tracé mystique de protection et de trigramme attendant le bon moment, se calquant sur ma stratégie pour bloquer l'avancé des engeances.
Nous étions en sous nombre lorsque Ramesh amena les Titans mais nous en étions à un point désormais où la balance se renversait en notre faveur.
Les mortels étaient illuminés de lumière et se groupaient pour attaquer à plusieurs une même engeance. Leur aura de lumière étaient alors comparable à celle de Sullivan.
Ce dernier était à nos côtés, lançant des rayons de lumières.
J'usais de mes pouvoir de Général, avatar de la Guerre pour booster les compétences, le courage, la force d'attaque, de toutes nos troupes.
Ankios fauchait de son épée et protégeait de son bouclier.
Zhou usait désormais de ses blouclier explosif.
Unas semblait sortit des temples de moines Shaolin divin.
Une charge des plus héroïques.
Je me multipliais pour lancer plus de projectiles encore.
Ankios œuvra pour créer une tête de pont ouvrant une brèche nous invitant à le suivre. Sully le suivit ainsi que nous tous. La Sentinelle, Zhou, devint le Fléau, l'avatar de la vie … enfin pour l'occasion de la maladie. Il nous aida à enfoncer les lignes adverses comme une plaie qui s'infecte.
Moi et mes sœurs nous fîmes le fer de lance de cette avancée. Paola ne voulu pas rester en arrière et assura également son rôle.
Ankios me fit penser aux représentations bibliques de l'ange contre l'armée des ténèbres. Il nous dit
« Soyez prêt à vous faufiler je vais les retenir, foncez vers les démons."
Par démon, il désignait les Titans qui protégeaient Ramesh.
Zhou répendait des virus dont les effets et les atrocités auraient pu me révulser de dégoûts en une autre occasion mais nous avions bien besoin de cela pour avancer.
Ao déversait quantité de lumière divine rassurant nos troupes, éclairant et brulant les ténèbres de ses rayons et griffes de lumière.
Ankios, notre templier déploya ses ailes et retint une partie des troupes nous laissant le champ libre.
Je empruntais alors la forme de la Voie, l'avatar Psychopompe, guidant mes amis vers les « Démons ».
Nous nous précipitâmes dans cette direction.
Je contactait Merlin et lui demandait s'il avait avancer sur le projet que je lui avais demandé en secret au début du second conflit. Il se devait de trouver un moyen de libérer les Titans de l'emprise de Ramesh. Je l'avais mis en rapport avec les mages de Sergeï au moment où ce dernier avait émis la volonté de voir attribué au Titan une place dans notre monde. Mais tout cela prenait du temps.
Je leur demandais de faire au plus vite car tuer un titan pouvait être catastrophique. Imaginer un monde sans le Titan de l'eau... cela signifiait un monde sans eau ou avec des raz de marrée à répétition. Il n'en était pas question.

Ankios combattait une nuée d'engeances, courageusement, comme un véritable chevalier d'honneur mais à force nous le vîmes disparaître sous le nombre des ennemis. Il était clair qu'il fallait faire vite.
Ao brulait et perçait avec une lance de spartiate enfonçant les lignes comme une lame de feu pénétrerait dans les chairs.
Sully nous dit : "Il faut réussir ! Pour la vie, pour les morts tombés !"
Nous avancions dans la "muraille" d'engeances, affrontant un tas de ces créatures.
Ao usait de temps à autre de son charisme pour redonner espoir à nos armées montrant que nous avancions et qu'il fallait tenir.
Nous nous enfonçâmes encore et encore plus en avant et nous nous retrouvâmes isolés de nos troupes. Les Titans n'était plus loin mais cela faisait déjà 3 heures que nous bataillions.
Derrière, Marie, nous fit état de la bataille télépathiquement: l'armée des mondes progressaient malgré les grosses résistances et Ramesh était perdu de vue mais que sa dernière position connue était derrière les Titans.
Zhou profita pour user de sa Perception et localisa avec précision l'individu.
Zhou :"Position confirmée, il est derrière les Titans ! Mais va d'abord falloir passer ça !"
On s'interrogeait sur comment passer les Titans, lorque ceux-ci nous barrèrent le chemin, balayant leurs engeances pour essayer de nous atteindre. Nous aurions pu penser qu'ils le faisait volontairement comme Ramesh mais cela ne semblait pas être le cas.
Je redevins la Faucheuse car face aux Titan je doutais de pouvoir passer aussi facilement avec la Voie. Ils étaient tous sous contrôle et agissaient sporadiquement selon leurs instincts. Ils étaient malgré tout un obstacle de taille et c'était peu dire.
J'usais de mon pouvoir de mort de l'âme en espérant que ma condition sur divine me permette de passer leurs protection. Cela devait les rendre humain … 10 secondes... cela peut paraître peu mais à l'échelle d'un Dieu c'est énorme. Et là ce fut pour moi comme un choc … ils subissaient mon pouvoir et j'avais réussi avec mes clones. C'était une chance inespérée. Ils ressemblaient à s'y méprendre à des hommes des cavernes, plus instinctifs que des humains classiques.

Zhou les isola avec un pouvoir du gardien afin de les protéger le temps qu'on en fasse quelque chose. Je demandais à Ao de les lancer dans nos lignes arrières vers nos amis mages et ceux qui devait s'occuper de les libérer. Ao les envoya et Zhou se chargea de les faire atterrir sans dégâts.
Mais lors de leur envole ils reprirent leur forme mais tous les avatars des dieux étaient là pour les cueillir. J'avais en effet préparer mon coup en avertissant nos alliés de mon intention. J'avoue que je n'avais pas prévu une retransformation si rapide mais nos alliés si. Des dizaines d'avatar se jettaient sur eux pour les maîtriser.
Cette victoire renforça le moral de nos troupe. Rien ne semblait pouvoir les arrêter.
Nous avancions désormais dans le canyon. Les bruits de la bataille s'estompaient un peu. Nous étions tous aux aguets. Et nous vîmes Ramesh assit sur un trône d'obsidienne, les jambes croisées, une main sur la tempe gauche. Il fit taire les bruits de la bataille d'une main usant certainement du domaine du Son.
Ramesh :"Qu'ils sont bruyant à la fin !"
Il s'avachit sur son trône la tête en arrière, regardant derrière lui.
Ramesh :"Bien nous pourrons être plus tranquille pour discuter. J'avoue, je m'attendais à ce que vous résistiez moins."
Moi : "Je vois que la voie de la diplomatie s'ouvre à vous..."
Ramesh se redressa d'un coup.
Ramesh :"Non sérieux ? Après ce que je vous ai fait vous m'offrez une porte de sortie ? Allez y j'écoute."
Zhou : "Comme si j'allais te laisser impuni, après ce que tu as fait..."
J'avoue j'avais une idée derrière la tête et je creusais pour m'assurer de pouvoir soit gagner du temps soit pour qu'il me donne des informations sur son plan. J'avais bien une autre option mais je la taisait même au plus profond de moi pour l'instant. Quoi qu'il en soit, qu'est ce que la colère et la vengeance, si on peut sauver le monde alors j'essayais : "Hum simple, tu acceptes de redevenir un simple mortel sans aucun pouvoir et abandonne le combat et passer devant la justice divine et on prônera la clémence du jury."
J'avais le l'avoue un petit sourire sadique car il y avait des sous-entendu.
Ramesh réfléchissait
Zhou me regardait avec des yeux exorbités.
Ramesh "Mais comment garantir que ce serait impartial et que vous ne me tuerez pas dès que je serai mortel ?"
Zhou : "C'est certainement pas moi qui t'épargnerai !!!"
Tout le reste du groupe paraissait soufflé par ma proposition. Si même mes amis étaient surpris alors Ramesh devait l'être un peu. J'espérais que nos alliés trouveraient le moyen de délier les Titans en attendant mais cela tardait à venir.
Moi : "Ah va falloir nous faire confiance... je sais c'est demander beaucoup ... "
Ramesh : "Surtout que le protecteur là, voudrait me faire la peau."
Ao n'encroyait pas ses oreilles et me demandait en langage codé : « Qu'est ce qui te prends Lyall? »
Zhou : "Lyall, t'es malade ou quoi?"
Je leur répondis à tous en mot caché de me faire confiance. Comme le disait mon père si on parle de l'avenir avant qu'il soit réalisé alors on risque de le faire changer. Je ne pouvais leur dévoiler mon plan Ramesh l'aurait su immédaitement.
Ramesh : "Je ne veux pas me faire assassiner"
J'usais désormais de ma manipulation ultime. Ma voix aurait convaincu n'importe quel Titan de me laisser le bénéfice du doute. J'espérai qu'il en face autant.
Moi : "Bien sur il faudra retrouver tes sentiments... tous..."
Ramesh :"Humm ça parait honnête."
Mais à mon sourire machiavélique il devina mes intensions.
Ramesh : "Mais j'ai une autre proposition cale toi ça !" Et il me fit un doigt.
Je rajoutais : "Et bien sur comme tes sentiments on été réprimés, je les laisserai s'exprimer"
Ramesh : "tu me prends pour un crétin ?! Je sais que tu veux faire revenir l'autre. Mais de toutes manières il est désintégré...à cause de vous."
Moi : "Moi oh voyons... qui l'autre ?"
Zhou : "Tu veux parler de Fen?"
En effet j'essayais de faire appel à Fengaris alias Ankoku. Il pouvait prendre possession de Ramesh de l'intérieur et lutter pour reprendre ses droits. Voilà l'option que je taisais mais décidément Ramesh m'avait percée à jour.
Ramesh : "Vous l'avez en quelques sortent tuez, enfin précisément vampirisé. D'où croyez vous que vous tiriez votre carburant pour vos pouvoirs ? C'est lui, son énergie qui l'a maintenu en vie."
Moi : "Mais pourquoi tant de haine en vers lui ?"
Ramesh "C'est un faible !!!"
Moi : "Pour un faible il vous a bien damé le fion non ? Regardez je le sens près de vous."
Ramesh : "Croyez vous ?"
Ramesh prit une montre à gousset dans sa poche et dit :"Ah, il est l'heure."
Il se leva et disparu... j'étais soufflée. Je voulais le retenir pour éviter qu'il ne s'occupe de la bataille mais là encore j'échouais.
Il apparue au beau milieu du champ de bataille. Je ressentais sa présence en ces lieux. Il leva un bras suicidant une partie de ses propres troupes en les faisant éclater. Il absorba alors les âmes du champ de bataille. Il les aspira.
Zhou : "Oh putain non, pas ça, pas encore !!!"
Autour de Ramesh se formait une aura...
je transmis alors ce message :"A toutes nos troupes, il cherche de la puissance en tuant ses troupes !!"
Il forma comme un trou noir... plus ténébreux que le titan des ténèbres lui même.
Je commandais à nos troupes de le drainer de son énergie en l'empêchant d'absorber toutes les âmes.
Mais avec une voix d'outre tombe Ramesh dit : "Le rituel est accompli, plus rien ne m'arrêtera !"
et il éclata de rire laissant déborder une énergie phénoménale autour de lui.
Je conduisis mes amis avec l'avatar de la Voie vers Ramesh pour éviter d'être bloqué.
Sully nous dit "Courage, Ankoku m'as prévenu cela devait se passer, on doit aller au delà des limites, l'affaiblir et faire une dernière attaque."
Zhou s'assura que nous nous arrêtions aux limites garantissant notre sécurité. Pour éviter d'êter absorbé nous aussi par le trou noir.
Ramesh surplombait le champ de bataille d'un air conquérant.
Sully : « L'unite mes amis. »
Je devins de nouveau la faucheuse multipliant les tirs sur Ramesh. Chacun de mes tirs aurait pu déchirer un titan avec tant de pouvoir utilisé dessus.

_________________
____________________________________________
C'est ceux qui parlent le plus qui jouent le moins ^^...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Armaniac
Human Jukebox/Messager Céleste
avatar

Messages : 1270
Date d'inscription : 13/02/2011
Age : 43
Localisation : Dans l'antre du Dragon d'Or (près de la capitale^^)

MessageSujet: Re: Partie Hitama Récit de Morgane Brunehilde   Sam 1 Sep - 16:13

Zhou devint le Fléau déversant ses maladies sur Ramesh. Sullivan envoyait ses rayons de lumière.
Paola se battait avec des pans de roche géant. Hitomi lâchait la fureur de son gardien.
Zhou cherchait une faille dans les défenses de Ramesh tandis que je cherchais des failles dans ses attaques.
Ao prit la forme d'un lion dont la taille devait peut être atteindre celle du mont Everest. Il était la Bête. Je ne sais si c'était sa rapidité ou le nombre de ses pattes mais ses griffes semblaient battre Ramesh de partout. Le corps d'Ao se couvrait de gueules géant offrant des rangées impressionnantes de crocs.
Je courais pour propulser mes projectiles offrant une puissance encore plus forte à mes tirs.
Mon soutien-gorge avait été transformé en relique et offrait des capacités énormes désormais.
Le temps sembla se ralentir comme lors de la pêche au Léviathan. Ao invoquait des tas de créatures archéennes qui attaquait Rmaesh.
Ramesh nous regardait et sa vitesse sembla aussi rapide que nous. Il nous frappait de tout sa puissance également. Vu de l'extérieur personne ne pouvait voir le combat. Même pour les Dieux nous n'étions plus que des ombres, mis à part pour ceux qui posséderait la perception ultime, certainement.
Les ondes de chocs résultant de notre combat déformèrent le champ de bataille.
Ramesh se dédoubla pour nous frapper tous en même temps puis se réunit de nouveau pour nous propulser à terre une fois de plus. Zhou me retient sans cesse d'user notre technique me demandant d'attendre encore.
Nos corps sont meurtris et Zhou se charge directement de nous rendre notre intégrité physique.
Il devient alors le Sauveur.
Ramesh nous parait invincible. Mais chacun de nous se soigne ou se régénère et se prépare à un nouvel assaut.
Ramesh : "Vous ne croyez pas réellement me blesser si ?"
Pour toute réponse je lui renvoyais une onde de mort.
Zhou sur enchérie en disant :"Alors, c'est tout ce que t'as mon gros?"
Ramesh rigolait tout en formant un boule noir de ténèbres et nous l'envoya.
Zhou prépara ses Trigrammes à toutes vitesse invoquant le Qi pour nous protéger.
La boule avançait sans grande vitesse.
Zhou nous demanda de partir rapidement.
Je redevins la voie pour nous déplacer tout rapidement. Malgré cela la boule explosa en un millier de rayon d'une puissance extraordinaire. Nous fûmes une fois de plus blessés. Mais je sauvais le groupe d'un désastre en fuyant avec les autres.
Je demandais à Zhou de nous soigner pendant que j’entraînais tout le monde dans ma course folle.
Notre rythme cardiaque augmenta et la tension devenait palpable même pour des Dieux tels que nous. Zhou semblait essayer de focaliser son attention mais n'y parvenait pas.
Nous sentions à cet instant que votre dépense d'énergie en était la cause. Ramesh dut s'en apercevoir car il dit :"Moi je peux faire ça toute une année."
Sully nous dit alors : « Il faut créer une ouverture. Sans cela, on ne va pas tenir. » Il avait utiliser notre langage secret et nous fûmes tous d'accord avec lui.
Zhou semblait essayer de trouver une faille... Ao s’interrogeait à voix haute. Personnellement j'analysais magiquement.
Ao proposa d'utiliser la même technique qu'avec le Léviathan mais Zhou réfuta cette proposition.
Il proposa d'utiliser un Appât même si ce dernier serait en grand danger. Si on le sauvait au dernier moment cela pourrait fonctionner. Sur de sa victoire Ramesh baisserait sa garde.
Il rajouta que l'appêt devrait provoquer Ramesh pour qu'il réagisse.
Ce que je craignais arriva Sully nous regardait et se proposa en ajoutant qu'on saurait le sauver avec nos pouvoirs.
Le plan de Zhou devint d'user de Sullivan comme piège. En tant que Voie j'aurai la tâche de le sauver. Ao, Zhou et le reste de l'équipe l'attaquerait à cet instant.
Sully me regardait avec intensité en me disant qu'il avait confiance en moi.
Je le regardais dans les yeux en disant : « Ça me va si Sully est ok, je lui fais confiance... »
Il nous fit signe qu'il était prêt.
Zhou redevint le Fléau, moi la Voie, Hitomi la Tempête, l'avatar du ciel, Paola le Déluge, l'avatar de l'eau.
Sully se plaça devant Ramesh... franchement je trouvais que mon amour avait vraiment du cran et j'en étais particulièrement fier.
Sully : "tu crois honnêtement pouvoir ne serait ce que m'égratigner ? Regarde ! Tu nous envoies tes supers pouvoirs et on est toujours là ! Même Ankoku frappe plus fort ! Comme quoi en sacrifiant tes émotions, tu as sacrifié ta hargne, petit joueurs va...Loser!"
Sully fit un l sur son front et il se mit à rire a gorge déployée.
Ramesh esquissa un sourire. Zhou préparait tout un ta de maladie en tant que Fléau nourrissant ses pensée de sa vertu vengeance.
Ramesh s'appréta a parler et aspira l'énergie de Sullyvan. Ce dernier serra les dents et eut le temps de crier : « Maintenant ! »
Sullyvan trouva la force d'attaquer lui aussi mais le gros de l'effort de guerre vint de notre groupe. Tout le monde lâcha ce qu'il avait de plus puissant et qu'il avait concentré de longue seconde durant.
Ao décahina sa bêtes et ses griffes monstrueuses ainsi qu'un bon nombre de créature cauchemardesque sur Ramesh. Zhou relâcha son attaque biologie utilisant les pires moyens pour affaiblir le corps de Ramesh, entrainant dysfonctionnement sur dysfonctionnement de son organisme. Un Tsunami déferla entre les les bras de Paola et se projeta sur Ramesh, tandis qu'un Ouragan gigantesque frappe Ramesh.
Je téléportais hors de danger Sullyvan et lança à notre groupe le code « Chevalier. »
Nous le frappons tous sévèrement mais sans l'achever. Pourtant il fut bombarder comme par des météorite laissant de large cratère sur le champ de bataille.
Zhou lâcha enfin le mot libérateur : « Maintenant ! »

Mais nous voilà essoufflés, tous se tenant la poitrine comme pris d'une crise cardiaque. Nous n'arrivons pas à maîtriser tant d’énergie peut être.
Au centre du cratère fumant Ramesh semblait blessé et hurlait comme un dément : "Vous allez me le payer, je vais vous annihiler tous !"
Son corps se métamorphosait en un trou noir, ne laissant que sa moitié supérieure émerger.
Son cri ressemblait presque à celui d'une bête. Sullyvan se tenait la poitrine et nous dit : « Dussions nous mourir il faut l'arrêter ! »
Il mit son bras en avant.
Zhou cria : « Templier » en réponse à ma demande « Chevalier »... un code, un signal nous autorisant l'usage de notre attaque spéciale.
La douleur était atroce et nous sentions que les forces allaient nous abandonner. Une musique résonnait dans notre tête... Celle qui chantait qu'ensemble nous étions indestructibles. La voix que j'attendais depuis un moment que j'appelais dans mes prières arriva, celle d'Ankoku : « Allez-y mes petits Pjs!»
Je pris la forme du Général chevauchant un dragon d'obsidienne crachant le feu du soleil. Armée d'une lance de Diamant étincelante, d'un bouclier aux mystiques symbole de Vie, protégeant nos flancs, je chevauchait vers Ramesh. Une énergie de foudre parcourait la lance et l'air autour était électrisé. Une radiance divine entourait la Forme Ultime du TEMPLIER...
Nous ne faisions qu'une. A nous tous nous affronterions Ramesh comme un unique être.
Pourfendant le ciel nous traversons l'espace qui nous séparre de Ramesh pour s'enfoncer en plein dans sa poitrine. Tous unis dans l'effort et la tenacité.
Le Dragons déversa venin et flamme de ses innombrable gueule. Zhou, incarnant le bouclier protégea tout en faisant suinté des maladies mortelles en contre attaque.
Son fit vrombir l'air, nous avions l'impression de sentir Ankoku. Son visage était comme en sur impression derrière nous. Et derrière lui nous sentions l'effort de toute notre armée. Toutes leurs prières nous accompagnèrent en cet instant précis.
Je hurlais alors : "Retour Karmique du Destin !!!! RAMESH !!!"
La musique se faisait entendre de plus en plus. J'entendis Ao, notre dragon pousser un cri destructeur. Paola accompagna son attaque d'une pluie de météorite. Sullivan nous faisait rayonner d'énergie mystique. Et Hitomi électrisa notre aura.
Tout le monde put voir votre attaque vengeresse. Nous foncions droit vers Ramesh qui nous accueillit pour nous engloutir. L'ombre nous submergea de toute part.
Zhou hurlait : "POUR LA VIE !"
Et là plus rien. Puis d'un coup une petite lueur qui grandit dans un vrombissement assourdissant. La lumière faisait reculer l'ombre. Lorsque tout le monde put ouvrir de nouveau les yeux nous le vîmes, empalé, les yeux exorbités semblant demander une réponse au pourquoi ou plutôt comment.
Je lui lançais alors : "Tu as le salut d'Ankoku."
Tout autour de lui du liquide noir s'écoulait ; il reprenait petit à petit sa forme de dieux. Puis il redevint un demi-dieu... un simple héro...
Zhou : "Ma femme, ainsi que tous les innocents sont vengés."
Ramesh eut encore la force de parler "J'avais vu ma victoire, le destin me l'a montré."
J'entendis alors une voix familière derrière nous : "Sans rancune petit joueur."
Moi : "Le destin t'a monté ce que tu voulais voir... tu n'écoutais plus rien."
Zhou eut un grand sourire, et sans se retourner, lança : "C'est bon de te savoir parmi nous à nouveau. Fen."
Ankoku : "Je n'ai jamais cessé de l'être."
Ao s'adressant à Ramesh :"Achète toi des lunettes la prochaines fois mec"
Ce dernier se liquifia, ne laissant derrière lui qu'une poussière noir.
J'appelais Ankoku alors "Fen ..." juste pour le dire une fois comme il nous l'avait promis.
Ankios arriva et dit : "tu es né poussière et poussière tu redeviendra."
Ao :"Bien joué Fen mon choux."
Merlin arriva en courant manquant de tomber dix fois :"ca...ca y est.......on a le sort........"
Moi : "Oui Merlin je paris que tu as trouvé mais je pense qu'ils sont déjà libre ..."
Merlin : "Mais non jeune femme je parle pour leur place."
Zhou : "Le sort?"
Moi : "Ah alors là bravo ... "
Merlin :"on peut leur trouver une place !"
Moi : "Raconte nous..."
Merlin : "on a travaillé là bas."
Zhou sembla comprendre instantanément de quoi il en retournait mais j'avoue que pour tout mortel la discussion aurait été plus que difficile à suivre. J'avais demandé à Merlin de libérer les titans du joug de Ramesh et de leur trouver une place dans ce nouveau monde. Ainsi plus de guerre juste des gens avec une place. Un nouvel équilibre. Et il semblait qu'ils avaient réussi.
Tout un ensemble de Mortels et de Dieux semblait avoir travaillé la dessus durant la bataille. Merlin nous les désigna. Je lui faisais confiance et le remercia.
Je cherchais Zeus du regard... et ce dernier nous regardait justement.
Zhou prenait la main d'Hitomi.
Je lançais à Zeus un petit « Sans rancune, j'espère » et lui fit un magnifique sourire ultrabright.
Mais je fus interrompue par Ankoku qui me dit que quelqu'un désirait nous voir.
Je remarquais alors que l'ensemble des chefs des panthéons étaient présents et nous regardaient.
Je laissais Ankoku nous prendre les uns après les autres par l'épaule pour nous emmener plus loin.
Le temps sembla se figer et Ankoku cru bon de rajouter de ne pas faire les idiots et de le suivre.
Ao se permet de lui dire je te suis mon choux et je suivis avec un sourire. Nous avions bien mérité quelques familiarités à son égard tout de même... après tout cela.
Il nous guida vers le canyon des Titans, Zhou suivait également main dans ma main avec sa douce Hitomi arborant ce genre de sourire qu'on les gens heureux.
Personnellement je ne quittais plus Sullivan d'une semelle.
Rachel nous rejoignait et Ankoku dit à Ao : «  "je me suis dis que Simba aimerait avoir sa chérie avec lui."
Zhou éclata de rire et j'avoue que je rie sous cape également.
Ao lécha le visage de Ramesh pour tout réplique. Il était clair que non seulement on vivait tous un moment d'insouciance voir de légèreté absolue.
Nous arrivâmes vers le trône et Ankoku ouvit un passage. Il épousseta les vêtements en ajoutant que décidément les matous était vraiment collant puis éclata de rire. Puis il entra dans le passage. Il avait une forme d'étoile. Il disparu en la traversant. Nous le suivîmes immédiatement.
J'aurai imaginé à ce moment de l'histoire que nous en avions fini avec les surprises. Force est de croire que non. Nous arrivâmes dans l'espace, proche d'une étoile... nous arrivions à respirer et nous contemplions l'univers et cette étoile briller.
Un être sortie de cette étoile et Ankoku la salua en s'inclinant humblement puis il nous dit :"Si vous avez des questions cette personne est la plus compétente."
Nous saluons ce qui nous semblait être un homme. Il nous sourit. Je commençais à présenter notre groupe mais la personne ria gentillement en me précisant qu'il savait qui nous étions car il nous observait depuis un moment. Il nous confia qu'il avait placer de nombreuses choses sur notre chemin, et organiser de nombreuses rencontres.
Il précisa que Ankoku était un très bon maître de jeu...
Zhou : "C'est toujours un honneur que de rencontrer le Destin, ceci dit."
Il sourit en disant sa phrase ne laissant aucun doute sur la véracité de ses sentiments du moment.
Il appréciait vraiment cette rencontre et je pense qu'aucun d'entre nous n'aurait pu ressentir le contraire.
Ce dernier nous dit : "Si je vous rencontre ce n'est pas anodin.Vous avez changé la face du monde. Tout va prendre un nouveau visage après cela. Les mortels savent et comprennent maintenant. Vous avez voulu instaurer certaines règles et votre combat était là pour voir si cela était viable ou non. Lyall, vous aviez demandé à Unas ce qu'il y avait au dessus de la divinité. Voulez vous savoir ?"
Je répondis oui.
L'homme qui nous faisiat face se transforma en femme et poursuivit: « Tres bien ! Il y a ça !"
Devant nos yeux étonnés nous vîmes d'autres planètes, d'autres Dieux inconnus pour nous, d'autres trous noirs …
Moi :"La théorie du Multivers..."
Zhou continuait de sourire.
La femme : « Mais il y a plus. Voulez-vous voir ?" Je continuais à répondre oui.
Zhou : "Je me doutais, au vu du nombre de trous noirs, que nous n'étions pas les premiers a subir cette épreuve."
Ao confirma avec exaltation qu'il voulait en savoir plus.
*La femme vous fit rentrer dans l'étoile et nous invita à la suivre. Ce que nous fîmes sans nous faire prier, ce qui est un comble pour une assemblée de Dieu, vous en conviendrez.
Nous passâmes la lumiàre pour arriver sur un autre monde. Il y avait des êtres avec différentes morphologies et elle nous précisa alors :"Nous sommes le destin de chaque espèce. Nous sommes issus de notre mère à tous : le big bang, la lumière originelle, l'explosion de vie première."
Je me rappelais alors un passage de notre lutte contre Ramesh et ce que j'y avais fait. Je ne pus alors m'empêcher de me rappeler ce moment à voix haute : "Celui là même que j'ai invoqué dans Ramesh..."
La femme sourit alors et devint un être neutre sans sexe pour continuer son récit : « Forcement... tout est issu de ça, vous avez ramené l’étincelle première dans votre monde. Ce que l'on pourrait nommer la fontaine blanche."
Je versais une larme me rappelant la lumière et le choix de laisser Sullivan, je le regardais alors avec passion.
Le destin : "Ce mortel est venu vers moi. Je l'ai béni. Vous avez unis tout le monde. Vous avez sauver ce monde pour cette fois-ci. Mais peut être qu'un jour cela recommencera. Le Ragnarök comme l'appelle ceux de votre culture. "
Zhou : "L'histoire n'est qu'un éternel recommencement, après tout. Sauf si l'on apprends de nos erreurs."
Le Destin : "Les anciens dieux sont morts métaphoriquement. Ils ne pourront plus agir comme avant, tout comme les mortels. C'est exact M. Zhou. Il faut aider à faire évoluer notre monde. Vous avez trace un sillon, ce que vous en ferez vous appartient. Vous savez maintenant."
Destin : "Soyez heureux."
Zhou acquiesça, Ao et moi, nous le remercions.
Zhou : "Vous aussi."
Moi : "Oh nous n'y manquerons pas "
Zhou : "Et merci pour nous avoir donné cette chance."
Moi : "Nous le devons à tous ceux qui ne pourront pas le partager avec nous."
Le destin : "Et rappelez-vous, que même si le destin parait cruel, il y a un but. Et même si vous ne le voyez pas, sachez que je vous envoie des signes."
Se tournant vers moi il me demanda : « Mais pourquoi avez vous dit cela ?"
Moi : "Nous nous devons d'être heureux aussi en mémoire de ceux qui sont tombés pour nous aider dans notre quête." Je pensais à Jaïna qui avait été sacrifiée et qui nous semblait pas pouvoir partager le bonheur que nous avions gagné avec Ankoku. Ceci m'attristait et je pensais à elle.
Le destin sourit : « Qui vous dit qu'il ne le seront pas ? Où croyez vous que les âmes aillent au bout du compte ?"
Zhou : "Et c'est une Déesse des Morts qui parle..."
Je répliquais gentiment à Zhou :" cela fait plaisir..."
Il me fit un sourire et un clin d’œil, quand à Ao il avait un rire d'enfant, c'était touchant.
Nous préssentions la suite avec joie mais nous laissâmes le destin poursuivre son explication.
Le destin : "Je les renvoie dans votre monde, ou un autre, et pour certaines elles sont avec moi, en moi. L'univers n'est pas cruel. Ils faut toujours une force opposé pour que l'équilibre reste. Il faut aimer. N'est ce pas ce que vous même prôniez ? Ne pas juger en bien ou en mal. Chacun et chaque chose a une place dans cet équilibre."
Je lui proposais de lui faire un cadeau et il accepta. Je lui jouais un air de violon entraînant entre classique et modernisme, entre ombre et lumière.
Pour moi en cet instant l'ombre n'était plus synonyme de destruction.
Je conclue en disant :"L'ombre n'est que le reflet de ce que nous sommes ... à nous d'être comme il faut."
Le destin sourit et me remercia à la fin du morceau. Puis nous dit : « A mon tour de vous faire un cadeau.Voila le son de notre naissance à tous: le son du Big Bang..."
Le décrire serait impossible... ce que je puis dire est que nos scientifiques approchent de par leur reconstitution de ce fameux son. Ce fut un moment inoubliable. Certainement que je m'en inspirerait dans mes prochains morceaux.
Le destin : "Repartez dans votre monde et essayez de faire au mieux."
Zhou : "Comme a dit Maître Yoda : "N'essaie pas. Fais-le, ou ne le fais pas."
Moi : "Oh s'il vous plaît?J'aimerai vous demander une faveur personnelle."
Le Destin :"Oui allez y"
Je lui susurrais en mots codés que pour elle seule de bien vouloir intercéder si cela était en son pouvoir pour Jaïna et Ankoku puissent se retrouver. Je lui en avais fait la promesse et je voulais tenir parole. Mes amis tendir leurs oreilles mais je ne voulais mettre personne au parfum car sinon cela n'aurait pas été une surprise. Je voulais aussi éviter une fausse joie à Ankoku.
Le destin me répondit qu'il ferait ce qu'il pourrait et je lui répondis que cela m'emplirait de joie.
Puis il nous ouvrit un passage, un escalier de cristal et nous salua. On le remercia tous à notre manière selon nos coutumes et notre humeur du moment... pour ma part je ne pus m'empêcher de l'embrasser sur la joie juste après l'avoir saluer respectueusement. C'est ainsi, on ne se refait pas...
Nous marchâmes au milieu des étoiles et des galaxies...
J'étais joyeuse et je dis : "Allons danser sur les ruines de notre passée avant de reconstruire un monde meilleur, mes amis."
On se rapprocha de notre monde pour arriver sur le champ de bataille que nous avions laisser quelques minutes plus tôt.
On soignait les blessés et tous les héros, amis, alliés et même anciens rivaux accoururent vers nous. En un mot une armée nous arrivait dessus mais c'était les bras ouverts qu'ils nous accueillaient.
Ao levait les bras en vainqueur. Le Che arriva avec un briquet pour allumer nos fameux cigarre. Ao sortit sa bouteille de Rhum... Vous allez finir par croire que l'on passait son temps à boire... Réflexion faite... oui Ao en avait donné le ton et ce jour là c'était de bon cœur que tout le monde le suivit.
Il offrit une tournée général et tout le monde s'assit où il put. Les autres nous avaient cru une nouvelle fois mort après notre disparition dans le canyon mais il n'en était pas. Je criais que l'on sorte de quoi boire et manger pour répondre à l'invitation d'Ao.
Puis Ankoku vint nous voir pour nous dire qu'il souhaitait nous parler. Zhou lui demanda de se détendre et de profiter de la fête. Mais il nous ramena à la réalité en nous disant qu'il fallait qu'il parte.
Ao essaya de le soudoyer en lui disant qu'il nous devait bien ça de faire la fête avec nous.
Ankoku : "J'aimerais bien, mais je dois reprendre ma place. Vous boirez à ma santé."
Ao et moi étions étonné et lui demandions de quelle place il pouvait bien parler.
Il nous confia … que c'était au près du destin. Je ne pus m'empêcher de lui demander : « Et Jaïna ? »
Quelle cruche je fais parfois, voilà que je remuais le couteau dans la plaie... je m'en voulais à peine mes mots avaient traversé mes lèvres.
Ankoku ne répondit rien mais il finit par dire : "En tout cas, je suis heureux de vous avoir connu. Je place de grand espoir en vous."
Ao : "Pareil ! Même si t'as un énorme coté casse couille au final t'es un mec bien." Puis il le serra dans les bras. Zhou lui serra la main mais fut pris dans les bras d'Ankoku comme nous tous.
Zhou : "Je suis fier de pouvoir t'appeler mon ami. Ton nom ne sera pas oublié, Faiseur de Monde."
Ankoku rigolait maintenat : « Mes derniers moments ici auront été heureux grâce à vous."
je lui glissais ces derniers mots avec ironie : "Oh Fen ... sois plus gentil avec les prochains. Ce n'est pas toujours nécessaire de taper sur les gens pour obtenir le meilleur d'eux même" Puis je lui fis un de mes plus beau clin d'oeil.
Ankoku :"Une autre aventure m'attends, on verra où."
Puis il s'en alla et disparu comme une image qui s'efface doucement mais au dernier moment nous vîmes une forme à ses côtés. Jaïna le prenant dans ses bras et Ankoku un sourire radieux m'adresse un merci du bout de ses lèvres.
Je sautais de joie criant des « Waaahouuuu » tombant dans les bras de Sully l'embarssant fougueusement... L'avatar de l'amour n'existait pas mais en cet instant je devais ne pas en être loin.
Sullivan me dit alors : "Chacun est réuni avec celui qu'il aime. »

Sergueï arriva et vint s’asseoir par terre comme épuisé après un long voyage : "Nous allons trouver une place dans le monde des mortels aux titans. Ce sont nos racines."
Zhou l'écoutait en fumant un cigarre et moi je n'avais d'yeux que pour mon Sully.
Ao : "Sergueï ? Que dirais tu de rebaptiser l'OPU, L'O M U: Organisation des mondes unis ?"
Sergeï :"Non ce sera à la place de l'onu. Mais la prophétie était vraie : un fils de Zeus a enlevé le pouvoir de son père. Ankoku a réussi à réunir une équipe qui a changé la donne. Zeus n'est plus seul au sommet de sa montagne, s'amusant avec les mortels et ses pairs."
Moi : "Clair ... au fait ? J'espère qu'il picole pas trop parce que perdre le pouvoir mais garder sa femme, il ne va pas s'amuser tout les jour. Faut le comprendre dans le fond c'est un homme battu..."
Nous rîmes de bon cœur.
Sergeï : "Vous les êtes une nouvelles races de dieux. Les premiers. Il va falloir nous aider à réécrire les règles. Les mondes se sont rapprochés mais pour la première fois de ma vie, je me sens serein, je sens que je vais bien dormir. Qu'allez vous faire ? J'espère des bébés !"
Zhou rigolait tout en regardant Hitomi puis avoua que c'était prévu.
Personnellement je lâchais un « heuu » en rougissant les yeux rivés sur Sullyvan.
Sergueï frappa l'épaule d'Ao : "Toi aussi mon pote des petits lionceaux ?"
Ao éclata de rire... et Sergueï rajouta : « Je veux être papy !"
Ao :"Je l'appellerais Simbas !"
Zhou éclata d'un rire franc, et différent de d'habitude, comme s'il était enfin libéré d'un poids monumental.
Ao : "De toute manière faut voir avec l'interessée... "
Rachel ronronnait comme une lionne, j'en déduisis que l'idée était séduisante pour elle aussi.
Je demandais à Sergueï en ce qui concernait les Titans et il me confia qu'ils seraient utilisé, enfin que leur pouvoir servirait les humains. J'avais quelques théories sur ce sujet et il semblait qu'ils avaient réussit à les mettre en pratique. Domestiquer un élément c'est lui donner le droit d'exister tout en ayant un contrôle sur lui. Ce devait être cela mais Zhou se leva avec Hitomi et ne me laissa pas le temps d'en savoir plus. Il avait des « promesses à tenir.» Ce qui me rappela que j'avais également les miennes.
Je lui proposais de venir avec lui et même s'il me dit poliment de profiter de la fête, je lui emboîtais le pas.
Zhou commença par aller voir les troupes grecques. Je me rappelais sa promesse à sa femme... Mais également celle faite pour Pénélope épouse d'Ulysse.
Léonidas se tenait près de nous.
Zhou : "Alors, Roi de Sparte ?"
Léonidas :"Quelle bataille !"
Zhou : "On dirait que cette-fois-ci, vous vous en êtes tirés avec les honneurs !"
Je décidais d'aller droit au but, j'avais du temps à rattraper avec Sullivan et je ne voulais pas couper les cheveux en quatre alors je dis : "Léonidas nous avons fait une promesse à votre femme..."
Mais Zhou me coupa la parole :"Non. J'avais fait une promesse. En mon nom. Et celui de mes ancêtres."
Léonidas : « En effet.»
Moi : "Et voilà notre belle unité." Je m'efforçais de sourire mais je ne comprenais pas pourquoi après tant de lutte contre Ramesh on était encore à se disputer qui avait promis quoi à qui. Je pensais que nous étions un groupe... Mais bon je ne dis rien pour ne pas ternir cette journée.
Zhou : "J'avais juré de vous protéger, et d'être le bouclier contre toute atteinte à votre après-vie."
Léonidas : "Et je pense que ta femme ressemble a la mienne"
Zhou rit à cette remarque.
Zhou : "Quand on vous le disait !"
Léonidas: "Ce fut un honneur d'avoir combattu pour cette cause."
Zhou : "Et ce fut un honneur que d'avoir combattu à vos côtés."
Léonidas : "Et franchement quelle attaque magnifique sur Ramesh."
Zhou "Oh, pour ça adressez-vous à Lyall. L'attaque, c'est sa spécialité."
Décidément Zhou ne se refera pas, il aime mettre chaque chose à sa place dans les cases. Un véritable chinois dans le fond. Qui a promis quoi, qui s'occupait de quoi... j'aurai bien dit que cette attaque était le fait de tous mais le temps de ma propre réflexion et le sujet avait déjà dérivé sur autre chose.
Léonidas :"Je crois que j'ai envie de me mettre à la forge."
Zhou : "Haaa, voilà qui est intéressant. Je suis sûr que vous vous en tirerez à merveille."
Léonidas : "Après cette bataille, on ne peut avoir plus d'honneur et j'ai envie de créer."
#06[00:12] * Zhou regarde Musashi.
[00:12] <Zhou> "Eh bien."
Moi : "Si vous avez besoin de cours pour la forge...après mes vacances je serai disponible"
Zhou regarda Musashi et dit à Léonidas : "Je crois que vous avez là quelqu'un qui aime créer aussi."
Musashi s'inclina devant nous.
Zhou : "Et qui serait ravi de partir à la retraite."
Musashi : "En effet, c'est étrange après ça les gens ont envie de calme et de sérénité."
Zhou : "Peut-être pourriez-vous vous apprendre mutuellement des choses, n'est-ce pas?"
Musashi : "Les mortels ont un monde à refaire et il y a la Pangée céleste maintenant."
Ao : "Alors bienvenue au club, c'est exactement le messages que je veux faire passer... Nous sommes touts des êtres créateurs.
Musashi : "Les dieux vont être plus proches les uns des autres."
Ao : "Tous les êtres vivants seront plus proches les uns des autres desormais"
Zhou : "Je vais parler à Dame Amaterasu pour honorer mon engagement."
C'est à ce moment précis que la voix ferme et douce d'Amaterasu retentit :"Et de quoi voulez vous me parler Zhou Yang ?"
Je trouvais à ce ton une pointe de fermeté que je lui aurai bien reproché, Zhou méritait bien un peu plus de considération mais j'avais une promesse à honorer également avant cela.
Zhou se retourna et s'inclina comme il se devait devant Amaterasu.
Je la saluais honorablement tout comme Ao.
Zhou : "Miyamoto no Musashi nous a fait part de son désir de paix, de solitude et de tranquillité, lorsque nous l'avons convaincu de venir rejoindre nos rangs. Je lui ait promis de faire tout ce qui était en mon pouvoir pour cela une fois la bataille terminée."
Amaterasu dévisageait maintenant Zhou intensément :"Je vois."
Zhou soutint le regard de la Déesse mais sans animosité puis rajouta : "Êtes-vous d'accord, Dame Amaterasu?"
Je ne pense pas que vous puissiez comprendre la portée de ce qui suivit sans que je vous explique quelques petites choses concernant Amatérasu et le monde céleste Japonais. Ils étaient en guerre froide avec la Chine depuis des siècles. Et Zhou un chinois avait épousé Hitomi la fille de Amaterasu du panthéon japonais. Un petit rappel de Roméo et Juliette. Mais heureusement pour mes amis la fin fut moins tragique. Donc imaginez ce que pouvait ressentir Amatérasu à propos de Zhou … et maintenant écoutez bien ce qu'elle lui répondit : "Il ne serait pas honorable de refuser une requête censée, surtout de la part de mon gendre."
Non seulement elle acceptait sa demande mais elle l'appelait son gendre... une véritable première dans le genre.
Zhou eut un très léger sourire. Il ne voulait certainement pas marqué trop de joie et profiter de l'instant mais le feu d'artifice devait le ronger de l'intérieur. Ca y est il était accepté pas sa belle famille.
Amaterasu "Musashi, s'occupera de la nouvelle terre"
je constatais à cet instant que la géographie du monde avait changé. Elle nous fit pointer le regard sur cette nouvelle bande de terre qu'il y avait entre la Chine et le Japon.
Amaterasu poursuivit : "J'ai été trop ferme avec vous, eut égard à votre lignage, je n'ai pas su regarder l'individu. Au fond vous êtes quelqu'un de bien."
Zhou s'inclina. Je notais qu'il était surpris. A parement il ne réussissait pas à masquer complètement son trouble mais rajouta :"Je vous remercie."
L'Empereur de Jade, chef du Panthéon chinois s'approcha d'Amaterasu et lui dit : "Je voudrais vous entretenir de quelques idées... vu que nos 2 pays sont plus proches, je pense qu'il faut voir comment faire pour que les querelles du passé, reste au passé."
Je regardais les deux dirigeants partir et je restais bouche bée. Je n'avais plus rien à faire concernant ma promesse. Nous avions ouvert une voie à la réconciliation et tout suivait son cours. Je les aperçue même un instant rire ensemble...
Hitomi rajouta en riant : « Nous avons initié le rapprochement. »
Et cela était vrai... ce couple avait fait le premier pas d'une nouvelle paix.
Ao alla défier Kalfu à un concours de boisson sous l’œil attentif de son Oncle le Baron Samedi.
Zhou s'entretint avec Sergueï concernant les comptoirs Atlantes pour les remettre en service.
Ce dernier fut rapidement d'accord sur ce sujet et nous apprit que l’Atlantide était réapparu. Il parla d'accueillir les atlantes comme il se doit et de prendre en compte le changement géographique de la terre. Il était clair que nos cours de géo avaient besoin d'une refonte complète depuis le cataclysme de la bataille.
Zhou lui parla du petit robot que je m'efforçais de cacher depuis un moment pour l'offrir à Sullivan. Je crus même un instant qu'il voulais l'offrir à Sergueï...
Alors je dis :"Mais Zhou c'est pas pour lui le cadeau voyons!!! Rahhhh ma surprise !!"
Sully arriva biensur comme un enfant en faisant "de quoi ? Y a des surprises ?"
Zhou rougit et se confondit en excuses et en courbettes devant moi et je lui pardonnais à l'instant même.
Moi à Sullivan :" Bien mon chéri j'ai une surprise... "
Je lui montrais le robot qui ressemblait à s'y méprendre à R2D2
Sully : "Pour moi ? Qu'est ce que c'est ?"
Puis son regard s'illumina comme d'un enfant le jour de noël.
Zhou souriait également.
Moi :"C'est pour toi ..."
Il reconnut le robot pour ce qu'il représentait et l'adopta sans aucun soucis. Pour ma part j'étais ravie.
C'est alors que j'entendis la musique du célèbre filmde science fiction de George Lucas... je cherchais d'où provenait la musique. Sullivan avait les oreilles dressés, Zhou cherchait un hypothétique Tie-fighter dans le ciel. C'était bel et bien la marche impérial...
Zhou vu le vaisseaux avant tout le monde et nous le vîmes se poser. Un vrai Tie-fighter...
Mais non … je croyais rêver les dieux avaient la folie des grandeurs... la lune noir!!
Et Darkvador qui en descendait... Ankoku... : « Je suis de retour mes petits Pj.... »
Moi : « Déjà de nouvelles aventures ?? »
Non, nous vîmes descendre Jaïna que j'appelais Princesse Jaïna avec un grand sourire. Il était clair qu'il ne pouvait pas nous laisser sans faire la fiesta avec et quelle arrivée !
Ankoku : "Le destin doit penser que vous aller pas y arriver, du coup il vous faut quelqu'un qui assurer..."
Zhou redemanda un cigare au Ché et l'offrit à Ankoku
Ankoku l'alluma... Ao lui fit une blague sur le fait de ne plus être An COCU... Ao prit un savon amical de la part de Ankoku. Ce dernier nous apprit qu'il voudrait s'occuper de chose comme Starwars avec Sullivan...
Personnellement je mis mon cigare sur le coin de la lèvre et je dis : « J'adore quand un plan se déroule sans accrocs. »
Ainsi s'achevait notre quête... mais pas notre histoire car tout était à reconstruire mais cela fera peut être l'objet d'un autre récit.

_________________
____________________________________________
C'est ceux qui parlent le plus qui jouent le moins ^^...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Partie Hitama Récit de Morgane Brunehilde   

Revenir en haut Aller en bas
 
Partie Hitama Récit de Morgane Brunehilde
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 4 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4
 Sujets similaires
-
» L'achat du "Billet" (1ère partie)
» La pointe Saint Mathieu - Partie 2 et... Fin !!!
» Oui-Oui aux pays des bisounours ou le débat en partie MF
» la répartie d' une femme ! lol
» [HRP] Recyclage de la partie "Animation du Duché".

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Scion - Forum Communautaire d'Entraide :: Pause Café :: Fan-fictions & Anecdotes-
Sauter vers: